Assurances obsèques : pourquoi faut-il faire attention aux différents types de pompes funèbres ?

Concurrence oblige, les contrats obsèques se multiplient… et se flexibilisent. Les assureurs ont désormais bien conscience que leurs clients veulent disposer d’un choix étendu quant à la sécurisation et la réalisation de leurs ultimes volontés, en adéquation avec leurs opinions. En conséquence, agences et courtiers mettent à disposition des produits à géométrie variable, où la sélection de l’opérateur funéraire occupe une place prépondérante.

Selon les organismes et les formules, l’assuré pourra indiquer l’entreprise de pompes funèbres qu’il a retenue ou devra choisir parmi des professionnels qui ont conclu un partenariat avec l’assureur, à moins qu’il laisse cette décision à son exécuteur testamentaire. Dans tous les cas, il convient d’identifier les différents acteurs de cette filière pour opérer un choix raisonné en amont de la contractualisation : en effet si tous orchestrent les funérailles, chacun porte un système, des principes différents, qui peuvent correspondre aux attentes et aux valeurs de l’assuré … ou pas.

Un univers professionnel, plusieurs types de structures

Premier point à prendre en compte pour se repérer et orienter son choix, le monde des pompes funèbres se répartit en trois secteurs dominants :

  • les pompes funèbres municipales et les SEM ;
  • les entreprises privées ;
  • les associations agréées.

Tous ces acteurs doivent avoir reçu l’agrément de la préfecture de police pour exercer, agrément délivré après avoir déposé un dossier très complet.

Pompes funèbres municipales

Ces régies dépendent des municipalités qui en assurent la gestion, pour proposer les services mortuaires classiques.

Elles avaient historiquement le monopole sur les activités funéraires avant l’ouverture à la concurrence privée autorisée par la loi de 1993. Leur grille de tarif est établie par les services de la mairie selon un barème imposé par le conseil municipal.

En règle générale, les prestations fournies sont tout à fait abordables, voire très compétitives, avec par exemple l’accès à des sépultures d’occasion.

Sociétés d’économie mixte

Elles sont rattachées à des agglomérations spécifiques : Paris a choisi  cette solution pour prendre en charge l’activité funéraire sur ce territoire surpeuplé et complexe. On trouve également la PFCA à Brest, la PFM à Mont-de-Marsan, la PFI à Tours, … Les SEM viennent prendre le relais d’une gestion municipale. Si elles sont toujours sous la houlette des collectivités, elles incorporent des acteurs privés qui en assurent  le bon fonctionnement, cela afin d’être plus compétitives face aux grandes enseignes funéraires.

Structures mutualisées ou associations

Il s’agit d’organismes à valeur sociale qui apportent des solutions en matière de santé, de soins ou d’obsèques. On cite généralement la Mutuelle de la Réunion mais il en existe d’autres. Ici aussi elles proposent une écoute, un conseil, des prestations adaptées, des tarifs attractifs.

Pompes funèbres privées

Ce secteur est très dense, lui-même réparti en plusieurs catégories d’entités. Il faut ainsi différencier les indépendants, les affiliés et les franchisés de grands groupes.

  • Constituées en Société Anonyme ou en Société à Responsabilité Limitée, les pompes funèbres indépendantes sont généralement des établissements familiaux qui se transmettent de père en fils. Elles sont ancrées dans une ville, un territoire restreint, et peuvent éventuellement se décliner sur deux ou trois magasins. On en a un excellent exemple avec le documentaire Croque mort de père en fils consacré à la famille Girard ; on y constate que ces PME sont à la fois très traditionnelles et en recherche de modernisation, qu’elles jouent un rôle central dans la vie de la commune, que les employés connaissent tous les habitants, sont à l’écoute de leurs problèmes, savent rassurer les familles, apporter des solutions adaptées à leurs requêtes, tout en y étant fidèles. On peut parler de proximité.
  • Nombre de ces enseignes ont fait le choix de l’affiliation à un réseau professionnel qui mutualise les demandes, les besoins et les moyens. Cela permet de centraliser les achats et les prestations. Né en 1991, Le Choix Funéraire est l’archétype de ce genre d’organisation, il compte actuellement 70 concessionnaires et 700 points d’accueils répartis sur tout le territoire ; cette structure puissante multiplie les services autres que les prestations funéraires de base, proposant par ailleurs des contrats de prévoyance obsèques liés à la BNP, la Banque Postale, Générali et AG2R ou établissant des partenariats avec des services de pointe comme Europ Assistance. L’éventail de possibilités est ici plus large, les outils de travail plus conséquents. Par exemple, si jamais un prestataire ne peut, pour une raison ou une autre, assurer des obsèques, il est possible de mobiliser un autre affilié.
  • Enfin on trouve les franchisés liés à des grands groupes financiers portés par des investisseurs : outre Roc Eclerc et ses 400 points de vente, on peut citer les Pompes Funèbres Générales, les établissements Henri de Borgniol, les pompes funèbres Roblot, Sérénium Services Funéraires et Dignité Funéraire … tous rassemblés au sein du groupe OGF, à la tête désormais d’un réseau de quelque 1000 agences. Précisons cependant qu’OGF, après avoir appartenu entre autres à la Lyonnaise des Eaux et à l’américain SCI a été acheté par Pamplona, un groupe russe, en 2012 puis est passé aux mains de Ontario Teachers’ Pension Plan, un fond de pensions canadien en 2017. Certes, ces structures sont extrêmement influentes, contrôlent l’activité funéraire de bout en bout, sont présentes en France et parfois à l’étranger, bénéficient de rabais importants sur les équipements. Elles proposent des forfaits diversifiés, des obsèques clé en main, tout un arsenal de solutions adaptées. Mais on connaît par ailleurs les exigences de rentabilité de leurs propriétaires, exigences qui peuvent impacter la qualité des prestations, engendrer des modifications soudaines dans les conditions d’application des contrats, dans les politiques tarifaires.

Quelques éléments à prendre en compte avant de se décider

On l’aura compris : chaque structure a ses particularités, ses avantages et ses inconvénients. Identifier ces différents acteurs et leurs singularités peut s’avérer salvateur au moment de sélectionner un opérateur funéraire et de l’inscrire sur son contrat d’assurance obsèques soit dans ses dernières volontés, soit comme bénéficiaire (n’oublions pas que, dans de très nombreux contrats, une fois que ce dernier a accepté ce statut, on ne peut plus en changer). Aussi il convient d’adopter certains comportements pour épargner une déconvenue à ses proches :

  • Précisons avant tout que les services funéraires municipaux et les SEM se raréfient ; en 2013, on en dénombrait une centaine face aux 2500 entreprises du secteur funéraire privé.
  • Pourtant, les derniers devoirs rendus aux défunts constituent une mission de service public, qui ne tolère aucun monopole : chacun est libre de choisir l’opérateur funéraire qu’il désire, en fonction de ses valeurs. Si un contrat de prévoyance obsèques impose une entreprise, on est en droit de refuser … et d’aller voir ailleurs.
  • La liste des établissements funéraires de la région, établie par la préfecture qui leur a délivré son agrément, est disponible en mairie ainsi que dans les hôpitaux, les sites de soins, les chambres funéraires et mortuaires, les crématoriums. Il suffit d’en demander un exemplaire et de prendre le temps du choix, sans se faire influencer.
  • Il est aussi possible de consulter les pages jaunes … et de visiter le site web de chaque structure pour y trouver les informations concernant son statut, éventuellement son affiliation ou son rattachement à un groupe. Il est vivement conseillé par ailleurs de décrocher son téléphone et d’appeler chaque enseigne pour en savoir plus.
  • Il est aussi possible, et même vivement conseillé, de contacter les syndicats de pompes funèbres : CPFM, CFTC, FFPF … ces organismes encadrent les professionnels ; ceux qui y adhèrent doivent généralement s’engager sur un code de bonne conduite, une charte de qualité, des valeurs communes. Ces syndicats sont donc à même d’informer et d’orienter efficacement des particuliers en recherche de l’opérateur le plus adapté à leurs attentes.
  • N’oubliez pas que ces structures n’ont pas le droit de faire de la publicité, encore moins dans les funérariums ou les établissements de santé. Attention donc au harcèlement téléphonique ou par courriel. Personne n’a à forcer la main d’un éventuel client, surtout dans la délicate période de deuil, où l’on est particulièrement vulnérable.
  • Si les services funéraires communaux voient leur grille tarifaire votée par les conseillers municipaux, les entreprises funéraires privées fixent leurs prix comme elles l’entendent, d’où des écarts souvent affolants de devis à devis. Ainsi les grosses structures ont des frais importants, notamment en matière de stratégie marketing et de communication, frais qui se répercutent sur les prix pratiqués. C’est aussi valable pour les offres par internet. A l’inverse les PME locales sont plus abordables.
  • Il est tout à fait possible d’aller acheter son cercueil chez un ébéniste sans passer par un opérateur funéraire, idem pour une stèle, une dalle et leurs ornements. Il faut bien le spécifier dans le contrat pour éviter les doubles emplois, les malentendus regrettables … et fixer les règles par écrit avec l’opérateur funéraire sélectionné en amont de la contractualisation.
  • Attention certains grands groupes font l’objet de rachat par des financiers étrangers, ce qui peut induire des modifications soudaines dans les tarifs, les prestations, les conditions de vente, etc …
  • Chaque opérateur contacté, doit, peu importe sa structure, fournir un devis détaillé et gratuit, citant toutes les prestations prévues et leur prix. Gare aux arguments de vente type « low cost » ou « promotion » qui proposent au final un service réduit inadapté avec le respect dû à la dépouille.

Que vous soyez en charge des obsèques d’un proche ou en train d’orchestrer les vôtres en amont via un contrat de prévoyance, soyez vigilant quant au choix de l’opérateur funéraire, n’agissez pas sur un coup de tête, prenez le temps de vous renseigner, de comparer, de mesurer ce qu’implique la structure choisie, si cela convient à ce que vous attendez, à vos valeurs, à celles du défunt. Cela peut vous éviter bien des problèmes à surmonter ensuite.

Votre devis d’assurance obsèques (gratuit et instantané) des meilleurs assureurs ici :

Je souhaite :

Assurances obsèques : pourquoi faut-il faire attention aux différents types de pompes funèbres ?
5 (100%) 3 votes

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.