Récifs funéraires : quand les cendres des défunts investissent les fonds marins

La tendance nous vient des Etats Unis : depuis plusieurs années maintenant, des entreprises américaines comme « Eternal Reefs » se sont spécialisées dans la création de columbariums sous-marins, où placer les cendres des défunts.

Cette technique consiste à mélanger les cendres du défunt à un ciment naturel pour fabriquer un récif artificiel permettant le renouveau des coraux actuellement en danger.

Comment se présentent ces récifs funéraires ? Quel est l’aspect d’une tombe sous-marine ? Qu’est-ce qui motive ce choix ?

recif-artificiel-cendres-defunts22

Pourquoi les récifs funéraires ?

Ce concept est né de plusieurs constats :

  • Le nombre des crémations a considérablement augmenté aux USA, aussi le devenir des cendres pose question dans la mesure où les personnes concernées veulent disposer d'une variété de choix quant à la destination de leurs restes.
  • Les législations des différents états d'Amérique sont relativement et différemment contraignantes en matière d'immersion des cendres ; la solution du récif commémoratif permet de respecter ces normes.
  • Ce type d'action répond à la demande d'un public toujours plus nombreux en matière de funérailles écologiques.
  • Ce nouveau mode d'obsèques permet de repeupler les fonds marins en offrant un habitat à la flore et à la faune, une véritable alternative aux bans de coraux dévastés.

De fait, les personnes intéressées sont avant tout des anciens marins, des navigateurs, des pêcheurs, des amateurs de voile, des amoureux de la mer et des personnes sensibles à la cause environnementale.

Comment se présentent les tombes cinéraires sous-marines ?

recif-artificiel-cendres-defuntsOn trouve des cimetières sous-marins de ce genre le long des côtes américaines : en Floride, en Caroline du Nord, dans le Maryland, le golfe du Mexique, également sur la côte pacifique etc.

Des entreprises sont par ailleurs ancrées au Mexique à Cancun et Acapulco. Ces lieux sont situés précisément à quelques kilomètres du rivage pour faciliter le recueillement des familles. Chaque site répond à une architecture particulière composée par les tombes cinéraires.

Ces dernières sont coulées dans du béton auquel on mélange les cendres du disparu. Il est possible d'y incorporer les restes de plusieurs membres de la famille, voire d'animaux domestiques. Cependant une fois moulées, on ne peut plus y ajouter de cendres, il faudra alors faire ériger une nouvelle tombe au côté de la première.

Hautes de 50 cm environ, ces formes sont couvertes d'aspérités, percées d'orifices pour servir de refuge aux créatures marines et favoriser le développement d'une biodiversité.
Hautes de 50 cm environ, ces formes sont couvertes d'aspérités, percées d'orifices pour servir de refuge aux créatures marines et favoriser le développement d'une biodiversité.

Elles peuvent prendre différentes formes et tailles suivant l'offre proposée par les firmes : on trouve des coquillages, des sphères, des étoiles, des pyramides ... On y appose une plaque commémorative formulant l'identité de la personne défunte et l'hommage de ses proches.

Ces tombes cinéraires sont ensuite scellées dans les fonds marins, au milieu des autres monuments qui composent l'espace du cimetière.

Elles peuvent être déplacées ultérieurement mais c'est vivement déconseillé pour ne pas perturber l'écosystème qui s'y sera développé. Elles peuvent éventuellement être délogées par les ouragans et les tempêtes mais cela est rare, sachant qu'elles pèsent en moyenne pas loin... 200 kilos !

Suivant les modèles, le prix évolue de 2500 à 7000 euros (selon la formule choisie, la prestation peut s'avérer moins coûteuse).

Cette prestation n'est bien sûr pas autorisée en France, où les règles en matière d'inhumation sont très strictes ; il est cependant possible d'orchestrer l'immersion des cendres d'un proche aux USA, en ayant conscience que la démarche sera couteuse et qu'il sera ensuite difficile d'aller se recueillir sur le site, de par la distance géographique.

Delphine Neimon
84

A lire aussi :

Aucun commentaire à Récifs funéraires : quand les cendres des défunts investissent les fonds marins

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.