Accueil / Guide Des Obsèques / Cercueil en carton écologique : de quoi s’agit-il ?

Cercueil en carton écologique : de quoi s’agit-il ?

Traditionnellement fabriqués en bois, les cercueils peuvent aussi être façonnés dans des matériaux composites dérivés du carton. Ce procédé, très en vogue dans le Nord de l’Europe depuis plus d’une trentaine d’année, tend à se développer en France depuis quelques années. Ainsi en 2015 ce sont plus d’un millier de cercueils de ce type qui ont été vendus.

cercueil carton écologique

Exemple de quatre cercueils réalisés en cellulose © Crédit image : https://euroiris.unblog.fr/

  • De quoi s’agit-il exactement ?
  • Comment se présente ce type de produit ?
  • Dans quelles circonstances l’utiliser ?
  • Que dit la loi à ce sujet ?

Cercueil en carton : quelle est la législation en vigueur ?

L’usage de cercueils en cartons peut sembler incongru aux yeux de certains, il est pourtant autorisé par la loi.

Outre le bois, « les cercueils peuvent également être fabriqués dans un matériau ayant fait l’objet d’un agrément par le ministre chargé de la santé, après avis du Conseil supérieur d’hygiène publique de France », comme l’indique l’article R. 2213-25 du Code Général des Collectivités territoriales.

Le cercueil doit être :

  • Étanche ;
  • Biodégradable,
  • Sans poignée, avec un cercueil de portage dit « cocon » (ou une sangle amovible) ;
  • Équipé d’une plaque portant le nom du défunt ;
  • Pourvu d’un système de fermeture sur lequel placer des scellées.

L’arrêté du 12 mai 1998 et de janvier 1999 portant agrément d’un matériau pour la fabrication de cercueil cadre l’emploi des matériaux papier recyclé kraft ou similaire, définissant leur composition exacte ainsi que leur grammage et leur épaisseur selon des critères des cartonniers sur le plan national et international seul le fabricant présente les attestions de qualité

Important :

Il convient de vérifier si le fournisseur a reçu l’agrément des autorités 1998-1999. En l’occurrence à demander à Georges Braissant ou au fabricant avec les critères de la DGCCRFUne étiquette apposée sur le produit doit spécifier qu’il est fabriqué en » panneaux en matériau complexe de papier «. Cette mention doit aussi apparaître sur toutes les publicités, catalogues et autres documents de promotion ou factures.

 

Comment se présente le cercueil en carton écologique ?

Le terme « carton » est donc plutôt inexact et quelque peu galvaudé – d’ailleurs souvent perçu par les familles comme péjoratif et dévalorisant.

« Lorsqu’on évoque le carton avec les familles endeuillées, elles visualisent un matériau grossier et cela a tendance à les effrayer. » Philippe Martineau, directeur du Choix Funéraire

Il s’agit plus spécifiquement de cellulose, de poudre de bois ou de fibres réalisées à partir de papier usagé et retraité.et d’un papier Kraft

Spécificités et caractéristiques :

  • Le matériau est conçu pour être facilement et rapidement biodégradable (1 an environ) tout en respectant l’environnement.
  • Le cercueil est monté par pliage et collage, il peut être assemblé par les proches (d’où une économie). Il peut être ainsi livré en pièce détaché avec une notice d’assemblage (très simple à réaliser).
  • La colle utilisée est réalisée à partir d’amidon de maïs (ou de pomme de terre) : elle ne contient pas de solvant et est, par le fait, non polluante.
  • L’encre utilisée est conçue à base d’eau.
  • L’intérieur peut être agrémenté de coussins ou d’un revêtement en tissu épais (au bon vouloir des proches ou des dernières volontés du défunt).
  • Il pèse environ 10 kg, soit 40 de moins qu’un cercueil en bois, il s’avère donc très léger et facilement manipulable. Il peut néanmoins supporter des charges allant jusqu’à 200 kg, ce qui en fait un réceptacle solide.
  • L’ensemble est personnalisable, on peut choisir :
    • La couleur du matériau,
    • Les motifs,
    • Les inscriptions.

À noter :

Il est possible de faire imprimer une photographie sur la coque ou même d’y écrire soi-même.

Cercueils en carton : quels sont leurs points forts ?

Le cercueil en carton peut être utilisé pour une inhumation classique, mais il est surtout impliqué dans les incinérations.

Les « plus » écologiques

Dépourvu de solvants ou de métaux, il ne pollue pas l’atmosphère lors de la crémation. Il permet de préserver les forêts en évitant l’usage de bois.

Leurs prix très abordables

Le prix moyen d’un cercueil en carton est de 350 €. Avec une fourchette de prix allant de 100 à 600 euros selon les aménagements opérés, le cercueil en carton est très économique.

Pour vous faire un ordre d’idée de l’économie réalisée en optant pour ce type de matériau, voici les prix exercés des cercueils en bois (selon le matériau choisi – prix moyen) :

  • Chêne : de 800 à 2 000 € ;
  • Acajou : de 1 500 à 3 000 € ;
  • Sapin : de 500 à 800 €.

Cela représente donc une belle alternative aux familles ayant un budget quelque peu « serré ».
En résumé, alliant solidité, légèreté, écologie et praticité, le cercueil en carton est un produit que nous recommandons particulièrement – cela en toute objectivité.

Le cercueil en cellulose : 100% écologique ?

Même s’il est un article écologique incontournable du milieu funéraire, le cercueil en carton – ou cellulose – comporte tout de même encore quelques inconvénients (mineurs par rapport aux cercueils en bois traditionnels) :

  • Nécessite l’usage de gaz pour activer l’Auto-combustion, ce qui est source de pollution atmosphérique ;
  • Génère plus d’acide chlorhydrique durant l’incinération qu’un cercueil en bois traditionnel ;
  • S’embrase selon les tests au crématorium d’Avignon correctement (d’où un gain de temps de 15 minutes (l’électricité BBC est un avantage sur la durée sur le temps de moins 30 minutes en crematoriums (En Suisse)
  • La poussière générée est la même que celle produite par un cercueil classique en bois.

De ce fait, il demeure actuellement plus ou moins « interdit » dans plus de 40 départements de France, en dépit des directives du Ministère de l’Intérieur et de l’article 433-21-1 du code pénal qui suppose le respect des dernières volontés du défunt en matière d’inhumation.

Important :
A ce jour, le Ministère de l’Economie met en garde les refus émanant des professionnels du funéraire : les familles endeuillées peuvent porter plainte à la DDPP (directions départementales de la protection des populations) de leur région.

L’histoire du cercueil biodégradable

Combat que Georges Braissant à commencer à mener en 1992. C’est lui qui a mis au point le premier cercueil en cellulose afin de permettre à tous de choisir comment « partir ». Sa découverte fut homologuée en 1998 par le ministère de la santé.

Les pompes funèbres ne mettant pas en avant ce type de produit (pour des raisons économiques évidentes…), Georges Braissant a décidé de faire une campagne de communication pour informer les populations de l’existence de ces produits permettant de réduire grandement le coût des obsèques.

En novembre 2012 inscrit à la sous-préfecture de Chalon sur Saône l’Association Cercueils Ecologiques en Cellulose a été créé dont Braissant est le premier président. Son objectif étant de faire connaitre l’existence de ce type de produit en France et au-delà des frontières.


À lire absolument sur ce sujet : Toute la vérité sur les cercueils en cartons rédigé grâce à l’appui de Mr Georges Braissant, coordinateur national et international pour la fabrication et la vente du Cercueil Ecologique EC.


a25237fd2bb3f2e7e7a6168b5a070796.........................