Fleurs de deuil

Ces dernières années, la tendance émergente est à l’altruisme : proches et amis sont parfois sollicités en amont des funérailles pour faire des dons à des associations plutôt que d’investir dans des des bouquets couronnes de fleurs de deuil, trop vite fanés et cultivés hors sol en dehors de toute obligation écologique… Néanmoins la tradition demeure ancrée : la grande majorité des obsèques sont fleuries, et l’on mesure souvent l’aura du disparu et l’importance de sa famille au nombre de gerbes et de coussins qui encombrent l’entrée de l’église ou le salon mortuaire, surmontent le catafalque, submergent la sépulture.

De même une tombe entretenue, régulièrement nettoyée et agrémentée prouve que le souvenir du défunt est encore vivace dans le cœur de ses proches.

En conséquence l’offre autour de ce marché des fleurs d’obsèques particulier est très fournie et variée, amplifiée par la vente de fleurs de deuil en ligne proposée par des enseignes spécialisées, la présence de fleuristes aux abords des cimetières. Les propositions sont nombreuses, la gamme de prix très étendue… il ne faut néanmoins pas se précipiter car le langage des fleurs est codifié dans la mort…comme dans l’amour.

Quelle espèce ou variété, quelle couleur, quelle forme choisir ? Dans quelles circonstances ? Comment agrémenter une tombe sur le long terme ? Quels facteurs prendre en compte pour y parvenir ?

Pour nous orienter dans ce dédale complexe, prenons en compte trois paramètres majeurs : les funérailles proprement dits, le fleurissement annuel de la tombe, les fêtes et les célébrations.

>> Où faire livrer les fleurs pour un enterrement ?

Fleurs deuil : Comment fleurir des obsèques ?

Commander des fleurs d’enterrement pour des funérailles est une tâche complexe qui demande réflexion : en effet, tout depuis la forme choisie jusqu’aux couleurs et au volume va avoir une signification émotionnelle et sociale. Si les prix varient de 40 euros en moyenne pour un bouquet à plus de 500 euros pour certaines couronnes mortuaires extrêmement complexes et travaillées par des fleuristes professionnels, il convient par ailleurs de connaître la portée symbolique de chaque type de fleurs avant de se décider.

Choisir une forme et une taille de fleur adaptée

Roses dans le cercueil ou le caveau, gerbe, cœur, coussin et devant de tombe, dessus de cercueil, croix ou couronne, les présentations ne manquent guère pour rendre hommage au disparu. On distingue généralement les fleurs coupées et rassemblées en bouquet des fleurs piquées sur un support en mousse, selon différentes variations. Ces formes ont une signification quant au lien avec la personne décédée. Généralement les présentations importantes, où apparaissent des fleurs de prix comme la rose, le lys, l’œillet et l’orchidée, sont l’apanage du cercle familial proche, des intimes.

Amis et connaissances vont plus se tourner vers des bouquets ou des gerbes, où l’œillet apparaît souvent. Quant aux collègues, aux mouvements associatifs, aux entreprises, ils investissent généralement dans une composition commune. Un ruban de couleur vive formule le provenance de la préparation et l’hommage rendu en des termes consacrés : « A la mémoire de mon époux chéri » « En hommage à notre collègue trop tôt disparu » …

Sélectionner la couleur et le type de fleur

La couleur et l’essence des fleurs choisies sont aussi chargées de sens quant au sexe et à l’âge du défunt. Les couronnes destinées aux femmes sont traditionnellement de nuances pastel, rose, mauve, pour souligner la tendresse, la nostalgie. Les hommes se voient attribuer des tonalités plus vives qui traduisent le mouvement, l’action. Le blanc est destiné aux enfants, dans des compositions souvent beaucoup plus précieuses et fines. Si pour les personnes âgées on façonne des bouquets très traditionnels, pour les adultes partis dans la fleur de l’âge on propose des formules plus modernes, carrées, qui impliquent des plantes inhabituelles comme le jonc, le lierre, … des couleurs tirant vers le orange, le jaune, plus lumineuses.

Exemples de fleurs de deuils pour une défunte

Quelques exemples de fleurs d’enterrement à envoyer le jour des obsèques – Crédit Photo © Fleurs de deuil chez Florajet.

Exemples de fleurs d’enterrement à déposer sur la tombe

Exemples de couronnes funéraires à faire livrer sur le lieux de culte

Prendre garde à la destination de la présentation

Autre paramètre déterminant, la destination de la composition va déterminer son élaboration. Couronnes, croix et dessus de cercueils sont généralement livrés au funérarium ou à l’église, afin d’agrémenter l’exposition du corps et la cérémonie d’hommage, directement au cimetière pour la mise en terre, afin de recouvrir le caveau après sa fermeture.

Si l’on ne possède aucun détail sur le déroulement du rituel, il vaut mieux se contenter d’une gerbe, d’une composition plus discrète, car celle-ci sera probablement apportée à domicile, dans un espace qui n’est pas prévu pour des modèles de taille imposante. De même les bouquets dits de sympathie sont envoyés à demeure aux proches pour les réconforter, comme une pensée, un soutien, une manière de partager le chagrin.

Attention également aux crémations : la législation est très rigoureuse en l’état, on ne peut apporter de très gros bouquets ou des couronnes, les fleurs piquées sont peu conseillées puisque arrimées sur des tiges en métal qui ne pourront être brûlées, idem pour les socles en mousse ou en polystyrène.

Cependant précisons qu’avec l’augmentation conséquente des incinérations, les fleuristes proposent désormais des modèles de couronnes adaptés au format des urnes. Elles permettent d’embellir les cendres du défunt après le cérémonial, lors d’un dernier hommage en commun. On trouve également d’élégants paniers illustrant un jardin du souvenir.

Fleur enterrement : Comment fleurir une tombe à l’année ?

Une fois les obsèques passées et la sépulture construite, il convient d’agrémenter cette tombe. La décoration végétale intervient alors, avec plusieurs problèmes à gérer si l’on choisit des plantes vivantes en place de fleurs factices, beaucoup plus résistantes certes mais moins jolies.

Organiser la décoration annuelle de la tombe

Il va falloir équiper la tombe en conséquence pour protéger la dalle d’éventuelles infiltrations ou débordements consécutifs à un arrosage régulier. Mise en place d’une jardinière intégrée, ajouts de vase et de pots sur la dalle, les possibilités sont multiples mais doivent toujours répondre à des impératifs de solidité et d’étanchéité, doublés d’un souci d’entretien et de nettoyage, la présence de plantes et de terreau multipliant les risques de salissures, de pétales et de feuilles mortes, de résidus de terre.

Vient ensuite le choix des essences à planter. Soit on a l’opportunité et le budget pour régulièrement renouveler les végétaux, en fonction des saisons : pensées, hellébores et roses en hiver, tulipes, jonquilles et perce neige au printemps, lavande en été, cyclamen, bruyère et chrysanthème en automne, autant de fleurs qui s’adaptent aux conditions climatiques et véhiculent nostalgie, souvenir, chagrin …

Soit on n’a guère le temps de gérer l’entretien de la tombe et il faut s’orienter vers des espèces vivaces, qui supporteront les intempéries, gel, froid, pluie, soleil, chaleur … sans nécessiter un gros nettoyage et un arrosage constant.

Entretenir le souvenir grâce aux fleurs

Avec l’éclatement et l’éloignement géographique des familles, la question se pose de plus en plus souvent, d’autant plus importante qu’une tombe non entretenue est considérée à terme comme abandonnée, ce qui entraîne le non renouvellement de la concession.

Pour y remédier, les fleuristes voisins des cimetières proposent leurs services pour orner régulièrement les concessions : il s’agit souvent de forfaits englobant un certain nombre d’interventions selon un planning préétabli. Par ailleurs, les assurances obsèques intègrent de plus en plus ce type de prestations dans leurs contrats, cherchant ainsi à répondre aux préoccupations de leurs clients. En effet fleurir fidèlement la sépulture est significatif d’un intérêt de la part des vivants, la réponse à l’angoisse de l’oubli et du désintérêt des proches.

Par ailleurs fêtes et commémorations officielles sont l’occasion de déposer bouquets et couronnes sur les tombes. Outre la date anniversaire de la mort, on pense bien sûr à la Toussaint, durant laquelle les caveaux sont recouverts de pots de chrysanthèmes. L’Aïd est également l’occasion pour les musulmans d’aller fleurir la dernière demeure de leurs disparus.

La communauté peut aussi se mobiliser à l’occasion de dates importantes, Libération, victoires, armistices, pour rendre hommage aux personnes tombées pour la France ou victimes de massacre en déposant le témoignage de notre reconnaissance à tous sur les monuments aux morts, devant les églises, les lieux de mémoire : en cette circonstance également, gerbes et couronnes jouent un rôle essentiel en signifiant gratitude et respect pour ceux qui se sont sacrifiés.

Bon à savoir : Les fleurs de deuil peuvent être prévues lors de la souscription d’un contrat d’assurance obsèques.
Fleurs de deuil
5 (100%) 1 vote