Accueil / Guide Des Obsèques / La crémation

La crémation

cremationCette pratique, venant à la base des pays Anglo-Saxons, consiste à incinérer ( ou brûler ) la dépouille d’un corps inerte afin de le réduire en cendres.

Cette opération est réalisée par les équipes des pompes funèbres dans l’enceinte d’un crématorium reconnu et certifié par l’état. Elle peut facilement être définie dans votre contrat d’assurance obsèques au préalable avec votre assureur.

Idéologie

Nous pouvons noter plusieurs opinions quant aux différentes religions vis à vis de cette pratique. (cf. cet article concernant la position de chaque religion devant cette technique).

Néanmoins, les chiffres sont là, et prouve que de plus en plus de personnes souhaitent recourir à la crémation.

Tendances dans l’hexagone

Il faut savoir qu’en 1975, la crémation ne représentait que 0.4% des cérémonies funéraires. Selon un récent sondage et d’après les statistiques, on estime qu’en 2014, près de 50% des français souhaiteraient voir leur dépouille finir en poussière.

Cette tendance, comme évoquée un peu plus haut, est donc en très forte hausse. Les motivations sont variées ; elles peuvent être d’ordre philosophiques, écologiques, sociologiques ou encore économiques.

Tendances dans le monde

L’acte de crémation, bien que devenu très populaire en France et d’autres pays occidentaux, reste une pratique beaucoup moins courante qu’au Japon ou elle concerne 99.9% des décès ! Nous restons également très loin de pays comme la Suisse avec 89% ou la république Tchèque avec 79% !

À contrario, nous constatons qu’elle est beaucoup plus rare dans les pays « dits » catholiques comme l’Italie avec un pourcentage de 8,5 ou l’Espagne avec un pourcentage avoisinant les 20.

Dans les pays « partagés » religieusement parlant, elle navigue autour de 50 % ( exemple des Pays-Bas 51,7 %). En Norvège, ce taux est de 34 % et en Finlande de 33,7%)

Décision d’incinération

Il existe deux cas bien spécifiques :

Si le défunt à indiquer son choix de vouloir recourir à la crémation, il est alors obligatoire de respecter sa volonté. Les proches ne peuvent aller à l’encontre de la demande du regretté, et cela, par aucun moyen.

Si le défunt n’a rien précisé concrètement (à l’oral ou à l’écrit) et qu’il n’a entreprit aucune action quand au déroulement de ses obsèques, il en revient alors aux proches de faire le choix pour lui. Cela peut d’ailleurs entrainer de nombreux désaccords entre les membres de la famille et il n’est pas rare de voir la justice être saisie pour ce genre d’affaire.

Coût et financement d’une crémation

Actuellement la crémation représente un cout moyen de 500 euros ( chiffre de 2014 ). Il faut cependant ce méfier de ce chiffre qui ne représente que l’acte d’incinération en lui même.

En effet à ce couts viennent s’ajouter d’autres frais comme :

  • l’urne,
  • le prix de la concession dans l’enceinte d’un cimetière,
  • la location de la case de columbarium,
  • l’éventuel coût du transport avant incinération etc.

En cela il est important de bien prendre en compte tous les frais liés à cette pratique, qui, mis bout à bout ne représentent plus un avantage économique si conséquent par rapport à l’inhumation. On peut donc dire que le cout est très variable selon les prestations et services choisis.

À noter que tous les frais de crémation peuvent être remboursés par une offre d’assurance obsèques adaptée. N’hésitez pas à consulter gratuitement les différentes offres répondant à vos besoins.

 

Crémation: Organisation et démarches

Lieu

L’incinération à donc lieu dans un crématorium agrée. La crémation doit impérativement avoir lieu au maximum six journées après le décès et doit respecter un temps d’attente d’un minimum de 24 heures. Il est cependant possible dans des cas bien particuliers d’obtenir certains ajustements à ces délais. Il faut cependant apporter de sérieuses justifications pour d’obtenir les droits de dérogation. Sachez cependant que cela n’est pas impossible.

A savoir qu’en France sont comptabilisés pas moins de 150 crématoriums, ce qui vous laisse donc un choix relativement conséquent.

Désignation des pompes funèbres

L’entreprise de pompes funèbres peut prendre en charge la totalité des formalités administratives, cependant cela n’est pas toujours le cas. Veillez donc bien à vous renseignez au préalable. Vous pourrez trouver la listes complète des entreprises locales de pompes funèbres dans votre mairie, dans les établissements de santé ainsi que dans les chambres mortuaires ou funéraires.

L’acte de crémation est autorisé par le maire de la commune où est survenu le décès. Dans le cas de transport du défunt, c’est le maire du lieu de la mise en bière qui sera sollicité.

Délai de réalisation de la crémation

Comme il l’a été dit, une loi réglemente les conditions de la crémation en matière de délai. Dans le cas où le décès a lieu en France, la crémation peut être faite au moins 24 heures après et au maximum, six jours après.

Dans le cas contraire, c’est-à-dire que s’il a lieu à l’étranger ou sur un territoire d’outre-mer, il faut procéder à la crémation dans les six jours qui suivent le rapatriement du corps en France.

En cas de circonstance particulière, l’obtention d’une dérogation est possible. C’est le préfet du lieu de crémation qui délivre l’autorisation. Le dimanche et les jours fériés ne sont pas pris en compte dans le délai maximum de six jours. Une fois la crémation finie, on rassemble les cendres funéraires pour les recueillir dans une urne. Cette dernière doit être pourvue d’une plaque qui mentionne le lieu de la crémation et l’identité du défunt.

  1. Serge Duval 2 avril 2015 à 17 h 50 min

    Il est intéressant d’en apprendre l’histoire. Pour moi, je ne sais pas si je vais choisir la crémation ou plutôt l’enterrement. La crémation serait peut-être moins chère, mais je ne sais pas. J’ai assisté aux obsèques avec une urne et c’était intéressant de voir l’urne là en avant. Merci pour ces informations !

  2. Clarice 4 mai 2015 à 18 h 48 min

    Je vous remercie de ces informations sur la crémation. Je ne savais pas que près de 50% des français souhaiteraient voir leur dépouille finir en poussière. J’aime que vous ayez expliqué que si le défunt à indiquer son choix de vouloir recourir à la crémation, il est alors obligatoire de respecter sa volonté. C’est très important de respecter la volonté des décèdes, à mon avis.

  3. Edmond Charbonnier 1 juin 2015 à 21 h 45 min

    Pour moi, la crémation respecte le regretté aussi bien que l’inhumation. Comme on n’a pas toujours la place dans une cimetière pour des nouveaux tombes, cela permet de prendre moins de place. C’est toujours à la personne à décider et il n’y pas de mauvais choix dans le domaine, mais moi, je préfère la crémation.

  4. Louis Gaillard 2 février 2016 à 0 h 10 min

    J’ai trouvé ce partage sur la crémation en France très intéressant. Moi, je ne savais pas que le processus était si particulier, car il faut que la crémation ait lieu entre 1 et 6 jours après le décès du défunt. Je vous remercie donc de ces renseignements si instructifs sur la crémation, et bonne continuation.

  5. Blanc René 3 janvier 2017 à 11 h 31 min

    La crémation est-elle également plus écologique pour les eaux des rivières etc ?

  6. Mariette 1 septembre 2017 à 20 h 38 min

    Merci pour cet article et les autres également.
    Minimum un jour et maximum 6 jours, certes, mais alors que ce passe t-il si les délais sont plus longs ?
    Les temps d’attente notamment en ile de France dépasse parfois plusieurs semaines pour la crémation.

    Dans ce cas la conservation se fait elle obligatoirement par thanatopraxie ?
    Est il possible de demander dans ses dernières volontés et que ce soit respecté que le corps incinéré ne soit pas préparé, pas touché, ni toilette ni thanatopraxie sous aucune forme ?

    Merci par avance de votre réponse

Laisser un commentaire

3feac30237db77d7cab839691b89b1ae..............................