La crémation : comment se déroule-t-elle ?

La crémation désigne l’opération par laquelle le corps d’un défunt est réduit en cendres. Le terme dérive du verbe latin « cremo » qui veut dire « brûler ». Cette alternative à l’inhumation traditionnelle connaît aujourd’hui un succès grandissant avec environ 167 000 cas par an en France.

déroulement crémation

Collectées dans une urne cinéraire, les cendres seront soit dispersées dans le jardin du souvenir ou dans la nature, à moins que les proches les placent dans une tombe cinéraire, un caveau classique ou une case de columbarium.

Crémation : les formalités administratives

La crémation est un choix important : en effet cette opération aboutit à la réduction de la dépouille qui ne pourra plus ensuite être identifiée ni visuellement, ni par analyses biologiques.

Il convient donc que ce choix soit stipulé par le défunt oralement devant témoin ou par écrit dans son testament ou tout autre document.

Si ce sont les proches du disparu qui optent pour cette solution, il faut que ce soit d'un commun accord.

La crémation est autorisée après obtention d'un permis d'incinérer délivré par le maire de la commune où aura lieu la cérémonie.

Pour obtenir ce document, il faut présenter :puce_grise

  • une demande par écrit de la main du défunt ou d'un de ses proches (par le biais d'un testament crématiste par exemple),
  • l'acte de décès,
  • un certificat médical stipulant qu'il n'y a aucune contre-indication d'ordre médico-légal (par exemple en cas de pile cardiaque).
À savoir : La crémation a lieu entre un et six jours après le décès.

Comment procède-t-on à la crémation ?

Le cercueil utilisé doit être marqué au nom du disparu, pour assurer sa traçabilité. Il est adapté au processus de réduction ; construit en bois léger et économique, en aggloméré ou en fibres de cellulose, il est composé de parois de moins de 2 centimètres et équipé d'accessoires et d'ornements combustibles. 

Le processus de crémation :

  • Elle se déroule en crématorium ; il en existe environ 200 en France (ce qui supposera peut-être de devoir transporter le corps de la dépouille s'il n'y a pas de lieu spécialisé à proximité).
  • Le corps est désintégré dans un four à température très élevée, de 900° à 1 200°.
  • L'opération dure à peu près une heure et demi (légèrement plus long lorsque le défunt était de consistance plus massive).
  • On n'incinère pas les fleurs et autres compositions végétales, plus spécifiquement quand il s'agit de plantes factices.
  • Les cendres obtenues sont scellées dans un cendrier, lui-même placé dans l'urne funéraire. Le tout, équipé d'une plaque qui identifie le disparu en stipulant ses nom(s) et prénom(s), ses dates de naissance et de décès.

L'urne est alors remise à la famille, ou conservée à titre provisoire le temps de trouver un espace dédié.

La cérémonie de crémation : ce qu’il faut savoir 

La famille et les proches n'assistent pas à l'incinération, sauf autorisation spéciale, pour des raisons de sécurité.

Ils peuvent cependant être présents pour l'introduction du cercueil dans la chambre de combustion, en y assistant derrière une vitre protectrice.

  • Ils sont rassemblés dans un salon attenant, en attendant la remise des cendres.
  • La crémation peut être accompagnée d'une cérémonie religieuse, d'un ou de plusieurs discours, d'un moment de recueillement agrémenté de musique, il est aussi possible d'ouvrir un registre de condoléances …

Si le choix d'un emplacement pose question, l'organisation de la cérémonie en elle-même ne doit pas être négligée. En effet depuis la loi n°2008-1350 du 19 décembre 2008, les cendres ont le statut de corps et doivent être respectées et honorées comme tel.

Quels sont les tarifs en vigueur ?

Le prix d’une crémation varie en fonction de nombreux facteurs :

  • Il faut s'acquitter avant tout d'une taxe de crémation qui évolue entre 300 et 500 euros suivant les lieux (grande différence de prix entre la province et la région parisienne par exemple).
  • Les frais de crématorium dépendent aussi de la situation géographique, il faut compter de 300 à 800 euros en moyenne.
  • Le cercueil coûte entre 300 et 800 euros (moins cher pour un cercueil en carton), selon le matériau et les ornements choisis.
  • Le prix de l'urne se négocie entre 99 et plusieurs centaines d'euros, selon sa forme, son matériau, sa contenance, ses ornementations.
  • Les frais de pompes funèbres varient en fonction du service fourni, s'il y a transport du corps, si l'on organise un accueil des proches etc.

Il est très important de comparer les offres, de rencontrer les prestataires. Certains fonctionnent au forfait, d'autres facturent "chaque geste effectué".
Quoi qu'il en soit, la crémation reste une solution moins onéreuse que l'inhumation classique.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.

diam eleifend luctus elit. Lorem Praesent quis, lectus at