Le crématorium : de quoi s’agit-il ?

Le crématorium désigne le lieu de l’établissement où sont pratiquées les crémations des corps des défunts. Le terme dérive du verbe latin « cremo » signifiant « brûler ». Avec un nombre toujours croissant de crématisation (plus de 165 000 en France chaque année), ces espaces dédiés tendent à se développer de plus en plus. On en dénombre environ 200 répartis sur le territoire Français.

Comment fonctionnent-ils ? Quels services proposent-ils exactement ? À quel prix ?

cérémonie crématorium
Le crématorium du père Lachaise – Crédit photo © Rue89

Réglementation en vigueur des établissements crématoires

Parce que, quotidiennement des défunts sont crématisés (terme préféré à «incinérés» par les professionnels funéraires – car désignant aussi l’acte de bruler des déchets), le crematorium fait l’objet d’une réglementation sévère, spécifiée notamment dans les articles D. 2223-100 à D. 2223-109 du Code Général des Collectivités Territoriales.

Ces codifications portent principalement sur la codification de la conformité à la réglementation du travail :

  • mesures d’hygiène,
  • sécurité incendie des locaux,
  • matériel du personnel (matériaux ignifugés),
  • ainsi que l’affichage obligatoire.

L’objectif est d’assurer la sécurité des opérations et des visiteurs, en réglementant la construction et l’agencement de ces lieux :

  • accès, largeurs minimums et voies de secours,
  • conformité des fours,
  • un four devant permettre d’assurer la combustion en moins de 90 min (pour un défunt à corpulence standard) ;
  • des murs recouverts d’un revêtement spécifique « classé M2 » ;
  • une isolation acoustique d’au moins 30 décibels ;
  • cheminées et conduits d’évacuation des gaz etc.

Il s’agit par ailleurs d’apporter un confort et une intimité aux usagers, notamment en respectant le silence et le recueillement par des mesures d’insonorisation.

> Pour en savoir plus sur la réglementation rendez-vous sur Afif.asso

Le crématorium : fonctionnement

Les crématoriums comprennent une partie technique exclusivement réservé aux professionnels de l’établissement ainsi qu’une partie publique destinée à accueillir les familles et endeuillés.

Les parties et salles ouvertes aux proches :

  • Une chambre de présentation protégée d’une vitre pour assister à l’entrée du cercueil dans le four ;
  • Un ou des salons de réception où les familles attendent la fin de l’opération, puis se voient remettre les cendres funéraires ;
  • Les bureaux d’accueil où le personnel reçoit, conseille et oriente les familles en charge de la crémation du défunt.

Les parties techniques réservées aux opérateurs du crématorium :

  • la salle funéraire où l’on réceptionne les cercueils ;
  • les chambres d’incinération ;
  • les locaux techniques et d’entretien ;
  • les pièces où sont entreposées les urnes en attente de sépulture.

Ces pièces ne sont pas accessibles au public, à la fois par décence et pour assurer la sécurité des visiteurs.

Les différents services rendus

On y pratique l’incinération des corps ainsi que le placement des cendres en cendrier et en urne.

Les urnes peuvent y être provisoirement conservées en attendant que les familles statuent sur leur destination.

On y accueille les proches lors de la crémation, avec possibilité d’organiser une cérémonie religieuse, un discours, une réunion avec ou sans musique, de proposer un registre de condoléances …

Enfin, les professionnelles apportent conseils et écoute pour les personnes amenées à orchestrer l’incinération du disparu.

Qui gère le crématorium ?

Le crématorium dépend de la commune ou de l’agglomération de communes où il se situe. Il peut être géré directement par la municipalité ou par un prestataire mandaté.

Ce sont les pompes funèbres qui prennent en charge la réalisation des cérémonies.

Des contrôles ont régulièrement lieu de la part des autorités sanitaires et du Ministère de la Santé pour s’assurer du bon état de marche des locaux.

Pour quel prix ?

Outre le cercueil, l’urne, l’organisation de la cérémonie et les éventuels coûts de sépulture, le passage en crématorium suppose les dépenses suivantes à ajouter au budget global de la crémation :

  • Il faut s’acquitter d’une taxe de crémation coutant entre 300 et 500 euros suivant les lieux.
  • Les frais de crématorium dépendent de la situation géographique, il faut compter de 300 à 800 euros en moyenne.

Pour connaître le tarif exact des prestations fournies, mieux vaut se renseigner directement auprès de la municipalité et du crématorium où aura lieu la crémation.

Le crématorium : de quoi s’agit-il ?
4.6 (92.22%) 36 votes