Les Monuments cinéraires

Installé dans le cimetière au cœur d’un espace prévu à cet effet, le monument cinéraire est une sépulture exclusivement conçu pour la conservation des cendres funéraires des défunts ayant été crématisés.

Tombe cinéraire, columbarium ou cavurne : un objectif commun

Le monument cinéraire peut être public et collectif, on le nomme alors le columbarium. Quant au monument funéraire individuel ou familial, il marquera l’emplacement d’un cavurne ou d’une tombe d’urne constituant une sépulture en pleine terre.

 

Dans tous les cas, leurs fonctions demeurent les mêmes :

  • permettre de conserver les restes de manière digne ;
  • signaler la sépulture et identifier le(s) défunt(s) ;
  • offrir un lieu de recueillement pour les proches ;
  • rendre hommage au défunt.

Dans tous les cas, on parle « d’inhumation d’urnes » bien que le mode de sépulture ne soit pas exactement le même, tout comme leur ornementation.

La version cinéraire de la tombe en pleine terre pour cercueil

La tombe cinéraire en pleine terre se distingue des cavurnes et des autres monuments cinéraires

  • par sa taille réduite et son esthétique discrète
  • par la disposition de l’urne qui est déposée à même la terre. C’est une urne enterrée ou inhumée en pleine terre.
  • par son coût qui est réduit à celui de l’urne et d’une plaque tombale.

Elle a pour finalité d’être installée dans un jardin de tombes cinéraires ou un jardin d’urnes et sera ornée d’une plaque funéraire ou d’un monument funéraire pour la démarquer. Elle peut également trouver sa place dans une concession pour cercueils en pleine terre existante.

Description

L’urne est enfouie dans la terre et une plaque tombale vient marquer l’emplacement. Cette dernière est relativement petite et légère et il est préférable qu’elle soit sécurisée au déplacement ou reliée à l’urne. Quant à l’urne, le seul critère de choix est qu’elle soit en matériaux non dégradables pour pouvoir être exhumée en fin de droits.

De plus, on peut choisir une urne présentant une certaine porosité pour rester dans l’esprit d’un retour du défunt à la Nature.

À savoir : Il existe dans le commerce des tombes qui réunissent ces exigences : la  minitombe  qui est une tombe en pleine terre familiale pour plusieurs urnes soit en métal soit en textile.

L’on trouve également l’urne-tombe qui est une urne dont la face supérieure est une plaque tombale circulaire qui apparaît en surface et qui indique le nom du disparu, ses dates de naissance et de mort.

L’urne est en inox ou en PVC avec un fond en terre cuite poreuse et la plaque est en inox ou en laiton poli.

Plaque

Comme pour tout monument funéraire la plaque ou la stèle sont libres de matière et de couleur, seul le volume pouvant être règlementé.

Ayant à faire ici à de petites plaques elles peuvent être dans de beaux matériaux finement travaillés pour honorer dignement le défunt.

Ornements végétaux

Les tombes en pleine terre permettent d’agrémenter la sépulture de plantations qui évoqueront la renaissance du défunt.

Positionnement

Comme pour les cavurnes ces tombes peuvent être dans une concession cinéraire ou une concession funéraire de taille classique.

Elles trouveront aussi leur place dans un jardin d’urnes où la sépulture sera sous le statut soit de la concession payante à durée déterminée, soit de l’emplacement gratuit avec une durée indéterminée.

Tarifs

Demandant moins de place et moins d’équipement qu’un cavurne, l’urne enterrée est de loin la plus économique des sépultures cinéraires.

A noter : La fosse et la mise en terre de l’urne sont simples et peuvent être réalisés par un proche sous la surveillance d’un représentant du maire. L’habilitation que doivent avoir les services funéraires professionnels n’est pas nécessaire pour un proche qui pratique une inhumation de façon exceptionnelle (Philippe Dupuis, juriste, magazine Résonance n° n°110 – Mai 2015 p.74).

Le columbarium : un monument cinéraire collectif

Le columbarium se situe dans un espace précis du cimetière, désigné par le maire de la commune.

La loi n° 2008-1350 du 19 décembre 2008 relative à la législation funéraire oblige les communes de plus de 2000 habitants à en construire un. Cet équipement collectif est à la charge de la mairie qui doit en assurer l’entretien.

Description

Hors sol, ce monument est composé de cases, disposées en rang dans une longue paroi, ou placées dans un monument à l’architecture plus complexe, (spirale, colonne, pyramide etc…).

Ces cases abritent les cendres des personnes incinérées, collectées dans des urnes.

Chaque case :

  • peut contenir de un à quatre vases ;
  • est scellée par une plaque étanche ;
  • est doublée d’une dalle en granit, en pierre ou en marbre sur laquelle apparaissent :
    • le nom du défunt ;
    • ses dates de naissance et de décès ;
    • le numéro de référence procuré par la mairie.

À savoir : Il est possible d’y ajouter une citation, une photographie en porcelaine, une illustration gravée, du moment que ces ornements n’empiètent pas sur les plaques voisines.

Formalités administratives

Pour être placé en columbarium, il faut en faire la demande auprès du maire, qui doit par ailleurs valider les inscriptions apposées. L’opération est réalisée par une entreprise de pompes funèbres.

Les concessions s’étalent sur un laps de temps défini par contrat, après vote du conseil municipal.

Tarifs

Les tarifs varient :

  • de 400 à 600 euros pour une période de 15 ans,
  • de 600 à 800 euros pour le double.

La somme doit être versée intégralement auprès de la municipalité, la case est alors disponible jusqu’à échéance de la concession.

Le cavurne : une sépulture individuelle ou familiale

Certaines familles, désireuses de plus d’intimité, font le choix du cavurne ou caveautin.

Description

Plus petit qu’un caveau classique, il se présente comme une case d’environ 50 cm sur 50 cm, généralement enterré et placée sur une concession cinéraire qu’il faut obtenir auprès de la mairie.

Tarifs

Le montant à verser varie selon les communes, mais il est inférieur à celui d’une case en columbarium.

Une concession de 15 ans coûte entre 200 et 300 euros, de 350 à 400 euros pour le double de temps. Cette somme englobe la location du terrain et le caisson en béton. Elle est à verser immédiatement à signature du contrat auprès de la mairie.

Il convient d’y ajouter ensuite les frais relatifs à :

  • la cérémonie d’inhumation ;
  • à l’édification de la plaque funéraire commémorative ;
  • et éventuellement d’une stèle.

Ornements

Ces dernières constituent la partie ornementale du monument, on en trouve de formes, de couleurs variées, elles peuvent être agrémentées de compositions florales, d’inscriptions, de médaillons ou de plaques apposées par exemple.

Le choix est vaste, la gamme de prix très variée, il est possible de faire réaliser des œuvres uniques.

Il convient alors de comparer les offres en prenant en compte les facteurs de solidité, d’étanchéité, d’esthétique et d’entretien

Les éléments communs aux sépultures cinéraires

Statuts d’une sépulture cinéraire au cimetière

L’emplacement d’une sépulture cinéraire est soit une concession soit un emplacement gratuit qui prendra la forme d’un terrain en pleine terre, d’un cavurne ou d’une case de columbarium attribué par le maire.

Durée

En concession payante, la durée est déterminée et généralement de 15 ou 30 ans et reconductible.

En emplacement gratuit, la durée est indéterminée et cours de 5 ans en 5 ans avec un minimum de 5 ans.

L’emplacement gratuit peut être transformé en concession payante.

Fin de droits

Pour une concession qui arrive à son terme, en théorie, la mairie doit envoyer un courrier 1 an ou au moins 6 mois avant pour en informer les proches afin qu’ils renouvellent la concession (si désiré).

Pour un emplacement gratuit la mairie est sensée prévenir les proches de la reprise de l’emplacement et proposer sa transformation en concession.

Les proches peuvent récupérer les urnes afin de les placer dans une sépulture ou de disperser les cendres dans le jardin du souvenir, dans la nature ou en mer

Les urnes non réclamées sont conservées 12 mois  puis déposés dans l’ossuaire ou dispersées au jardin du souvenir

Démarches à effectuer

Dans tous les cas la famille doit obtenir un permis d’inhumation auprès de la mairie et aura généralement une taxe d’inhumation à acquitter (environ 30 euros selon les villes).

Prix d’un monument cinéraire

Le prix d’un monument cinéraire est difficile à déterminer puisqu’il dépend des différents types accessoires sélectionnés comme le coût de l’urne et celui de la plaque tombale.

Ces deux éléments sont très variables.

Comptez  :

  • entre 100 et 400 euros pour une urne funéraire :
  • entre 150 et 350 euros pour une plaque tombale gravée.

Ainsi, pour vous donner une large fourchette de prix, la famille devra investir un budget minimum de 250 € (pour les prix les plus bas) et 750€ (pour les tarifs les plus haut).

Sachez cependant que ce tarif global est bien moindre que celui d’une tombe pour un cercueil.

Les Monuments cinéraires
4 (80%) 11 votes