Le jardin d’urnes : de quoi s’agit-il ?

Le jardin d’urnes ou jardin cinéraire désigne l’espace du cimetière qui abrite les sépultures cinéraires tel que des cavurnes ou de préférence, des tombes d’urnes en pleine terre.  Il se différencie du jardin du souvenir où l’on répand les cendres des disparus,

Comme son nom l’indique il est destiné aux défunts en urnes et est traité en espace vert.

jardin urnes
Jardin d’urnes de la ville de Béziers

Comment s’agence-t-il ? Quelles réglementations le régissent ?

Pour la petite histoire

Le premier lieu de ce genre date de 1937 et a été érigé à Lyon. De par l’augmentation croissante du nombre de crémation, il tend à se généraliser et les communes très peuplées optent de plus en plus pour ce genre d’aménagement.

Comment se présente le jardin d’urnes ?

Plus ou moins vaste suivant la ville qui le met en place et le cimetière où il est construit, il accueille les monuments cinéraires. Souvent, il jouxte le jardin du souvenir, ou le columbarium.

Conçu de manière esthétique, dans un cadre paysager fleurie et arboré, il constitue un lieu propice au recueillement des familles. Les sépultures qu’on y installe sont intégrées à la végétation, aux massifs de fleurs et de plantes.

Tendance

De plus en plus, ces espaces sont conçus par des architectes spécialisés travaillant en collaboration avec des jardiniers. C’est la municipalité qui en assure l’entretien, même si le nettoyage des tombes est de la responsabilité des proches des disparus.

Quels types de tombes y trouve-t-on ?

Il s’agit d’emplacements d’un mètre de côté au maximum. On retrouve donc les :

Quelques points intéressants

Les emplacements sont parfois pré-équipés d’un cavurne ou d’une mini tombe, si ce n’est pas le cas , ils sont nus et en pleine terre et le bénéficiaire pourra mettre une tombe cinéraire de son choix et à ses frais.

Sur un emplacement en concession, le bénéficiaire peut y inhumer plusieurs défunts en urnes et par contre sur un emplacement gratuit il ne peut y avoir qu’un seul défunt.

Les monuments, simple plaque de marbre, de granit ou de métal posée à l’horizontale, ou stèle verticale de forme élégante, sont en règle générale relativement discrets.

Elles précisent le nom du défunt, ces dates et lieux de naissance et de mort, ainsi que le positionnement. Toute autre inscription plus personnelle fait l’objet d’une autorisation de la part de la mairie.

Les tombes cinéraires sont séparées les unes des autres, contrairement au columbarium, qui lui est collectif.

Comme pour n’importe quelle type de sépulture, ces tombes ne doivent pas gêner la circulation, ni empiéter sur les concessions voisines.

Comment obtenir un emplacement de sépulture en jardin d’urnes ?

L’obtention d’un emplacement de sépulture en jardin d’urnes se passe exactement comme pour les autres espaces du cimetière et suppose plusieurs étapes :

  • Il faut en faire la demande auprès de la mairie, qui délivre selon la demande une concession ou un emplacement gratuit ainsi qu’une autorisation d’inhumer.
  • En général on peut solliciter une concession à l’avance et par contre on ne peut obtenir un emplacement gratuit qu’au moment du décès mais le maire a l’obligation de le fournir si le défunt était résident ou est décédé dans la commune.
  • Les contrats de concession couvrent en général 15, 30 ou 50 ans, et sont renouvelables. Les familles sont prévenues un an avant la fin de l’échéance, afin de pouvoir ou non reconduire la concession.
  • Les emplacements gratuits sont attribués pour une durée indéterminée allant de 5 ans en 5 ans et d’au moins 5 ans, parfois 10 ans. La famille est généralement prévenue lorsqu’elle doit à la demande du maire libérer l’emplacement. Elle peut alors transformer ce dernier en une concession qui pourra recevoir plusieurs défunts.
  • Les cendres qui n’auront pas été réclamées seront conservées une année dans le caveau municipal avant d’être répandues dans le jardin du souvenir.
  • Les exhumations d’urne, les restitutions se font sur ordre de la mairie, et doivent être effectuées par les pompes funèbres.

Quel prix pour un emplacement ?

Le tarif de concession varie de commune à commune, mais il est toujours inférieur à celui d’une inhumation classique ou à une concession en columbarium.

Pour une concession de 15 ans, il faut compter entre 200 et 300 euros, de 350 à 400 euros pour le double de temps.

Cette somme englobe la location du terrain et son équipement hors plaque tombale. Elle est à verser immédiatement à signature du contrat auprès de la mairie.

Il convient d’y ajouter ensuite les taxes d’inhumation, les frais obsèques relatifs à la cérémonie, à l’édification de la plaque commémorative et à l’éventuel achat d’une stèle.

Le jardin d’urnes : de quoi s’agit-il ?
4.6 (92%) 5 votes