Cavurne : comment effectuer le bon choix ?

Le cavurne désigne un petit caveau situé dans un cimetière et destiné à accueillir et conserver une ou plusieurs urnes funéraires.

cavurne jardin urne

Ce mode de sépulture vient des pays de culture anglo-saxonne, où la crémation est une pratique très répandue. Il s’est développé en France et dans les pays latins depuis que les autorités catholiques ont toléré l’incinération accompagnée d’une inhumation des cendres.

De quoi s’agit-il ?

Le cavurne offre une solution adaptée à la délicate question de la conservation des restes du défunt, qu’on ne peut plus garder chez soi comme le spécifie la loi n° 2008-1350 du 19 décembre 2008 relative à la législation funéraire.

Les cendres devant désormais être traitées avec dignité et respect au même titre qu’un corps, le cavurne constitue un lieu de recueillement et de mémoire pour les proches.

Répondant aux impératifs du Code général des collectivités territoriales, le cavurne est réglementé. Il convient donc d’en connaître les principes.

À savoir : Le jardin d’urne convient parfaitement aux communes possédant de longues étendues de terrain.

Comment se présente le cavurne ?

Le terme provient de l’hybridation des mots « caveau » et « urne ».

On le désigne également comme une tombe cinéraire, qui ne doit accueillir que des cendres. Il peut s’agir d’une ou plusieurs urnes, dans le cadre d’une famille par exemple.

Le cavurne se compose d’un petit caveau de dimensions inférieures à celles d’une tombe classique. La moyenne est de 50 cm par 50 cm, mais il en existe de plus grands.

Il faut s’en informer car la taille du caveau doit s’adapter à celle de la concession.

En effet le cavurne se compose :

  • d’un caisson en béton placé en terre ;
  • d’une plaque qui le recouvre pour en fermer l’accès ;
  • d’une dalle en granit, en pierre ou en marbre ;
  • et éventuellement d’une stèle (il faut vérifier les directives communales car toutes les villes ne l’autorisent pas).

Les ornements possibles

Cette installation est conçue pour :

  • s’adapter à la nature du terrain ;
  • rester intact malgré ses modifications ;
  • demeurer étanche ;
  • et être facile d’entretien.

La dalle peut être surélevée afin d’y placer des fleurs d’enterrement ou des plantes. Elle est gravée afin de préciser le nom, les dates de naissance et de mort du disparu ainsi que le numéro de concession. Peuvent s’y ajouter une citation, une phrase commémorative, une photographie, une image gravée par exemple.

La stèle, épaisse au minimum de 8 centimètres pour assurer sa stabilité et sa résistance, peut prendre plusieurs formes. Cela reste à déterminer avec l’entreprise funéraire consultée.

Quelles sont les démarches à effectuer ?

A l’inverse du columbarium qui est collectif, le cavurne requiert une tombe individuelle. Il faut en faire la demande auprès de la mairie, qui délivrera alors une concession :

  • cette dernière sera déjà équipée par la mairie du lieu d’inhumation ;
  • ou bien la famille devra en édifier une à ses frais.

À savoir :

  • Les concessions durent en général 15 ou 30 ans, renouvelables.
  • Les familles sont prévenues un an avant la fin de l’échéance, afin de pouvoir ou non reconduire la concession.
  • Les cendres qui n’auront pas été réclamées sont conservées une année dans le caveau municipal, avant d’être répandues dans le jardin du souvenir.
  • Les ouvertures et restitutions se font sur ordre de la mairie, et doivent être effectuées par les pompes funèbres.

Cavurne : Quel Prix ?

Les tarifs varient d’une commune à l’autre, mais il est toujours inférieur à celui d’une inhumation classique ou à une concession en columbarium.

Prix indicatifs :

  • Pour une concession de 15 ans, il faut compter entre 200 et 300 euros,
  • Pour une concession de 30 ans, entre 350 et 400 euros.

Ce montant couvre la location du terrain et le caisson en béton.

Elle est à verser immédiatement à signature du contrat auprès de la mairie.

Il convient d’y ajouter ensuite les frais relatifs à la cérémonie d’inhumation, à l’édification de la plaque commémorative et éventuellement d’une stèle.

À lire sur l’urne funéraire :

Cavurne : comment effectuer le bon choix ?
4.4 (88.57%) 56 votes