L’enclos familial : de quoi s’agit-il ?

enclos familialL’enclos familial désigne un espace déterminé du cimetière destiné à accueillir les membres d’une même famille dans une seule et même concession

C’est un héritage des traditions d’inhumation jadis en vigueur dans la noblesse et la haute bourgeoisie, où des sites cernés de grilles accueillaient les restes d’un même clan (les châtelains).

Avec l’augmentation conséquente du nombre de crémations en France (167 000 par an) et le concept de mini-tombe, ce mode d’inhumation est aujourd’hui de plus en plus pratiqué.

En effet, il permet de placer plusieurs urnes dans le périmètre d’un seul et même enclos.

Les avantages sont multiples :

  • Les proches ont un unique lieu de recueillement où visiter les disparus.
  • tous les cimetières mettent à disposition des tombes en pleine terre de 1 mètre sur 2 pour y construire un enclos ;
  • La possibilité de réunir jusqu’à 32 défunts d’une même famille dans une seule et même concession ;
  • L’enclos sera aménagée à l’image des défunts ;
  • Ce regroupement favorise par ailleurs une économie:
    • de place pour le cimetière ;
    • et de budget pour les familles (de si nombreuses places permettent un amortissement rapide et sur).

Il faut néanmoins s’informer des principes propres à cette pratique, tant au niveau administratif et légal qu’au point de vue des conditions d’installation et d’entretien.

Quelles sont les particularités de l’enclos familial ?

L’enclos familial a l’avantage de rassembler les disparus d’une même famille dans un même site géographique.

Cette solution évite la dissolution des familles éparpillées dans plusieurs cimetières. Ainsi, elle favorise les retrouvailles des proches à l’occasion de dates particulières comme la Toussaint.

Voué à concentrer les disparus d’une même famille, l’enclos permet de prévoir les décès à venir, tout en accueillant les aïeuls déjà partis.

Il faudra alors orchestrer le déplacement des dépouilles, et le cas échéant, assurer leur crémation. Cela constitue une opération longue et complexe autant au niveau de la logistique que d’un point de vue administratif :

Toutes ces étapes supposent :

  • d’entrer en contact avec les mairies concernées ;
  • d’obtenir les autorisations légales ;
  • d’avertir les pompes funèbres etc.

Quelles sont les démarches administratives à effectuer ?

L’enclos familial fait l’objet d’une concession tout comme une tombe classique.

Il faut conclure un contrat avec la mairie dont dépend le cimetière. L’enclos durera le temps de ce contrat, qui se négocie sur des périodes allant en général de 15 à 30 ans, parfois 50 selon les communes.

Il ne s’agit pas d’un droit de propriété, aussi la famille ne pourra pas choisir le site. Elle devra par contre assurer l’entretien de l’enclos familial sur le long terme.

Cette concession pourra être renouvelée à terme, la mairie ayant auparavant averti les concessionnaires de la date d’échéance.

Elle peut également faire l’objet d’une transmission aux héritiers, par un legs ou une donation.

Elle ne peut par contre être rachetée ou vendue. Dans cette perspective, il convient de s’informer auprès de la municipalité des démarches à effectuer pour assurer cette continuité.

Comment se présente l’enclos familial ?

Il s’agit d’une superficie de 1 mètre de large sur 2 mètres de long, soit l’équivalent d’une concession classique en pleine terre.

L’enclos peut abriter 8 tombes cinéraires de 50 centimètres par 50 centimètres, séparées de 30 centimètres chacune comme le veut la réglementation en vigueur.

Chaque tombe est apte à accueillir 4 urnes, soit en tout 32 personnes. L’enclos familial peut être aménagé dans une concession vide ou sur une tombe préexistante, les urnes pouvant être ajoutées à un caveau classique, où repose déjà un corps.

La répartition des cavurnes peut être agrémentée de gazon et de compositions végétales, à déterminer avec les pompes funèbres, le marbrier ainsi qu’un paysagiste par exemple.

Les tombes cinéraires peuvent soit être personnalisées soit être bâties dans une cohérence esthétique, à partir d’un même matériau, avec une police de caractère semblable pour toutes les inscriptions.

Il n’y a aucune obligation de fermer cet espace, cela demeure le choix des familles. Selon les règles en vigueur dans le domaine funéraire,  les seuls impératifs sont :

  • de taille ;
  • de solidité ;
  • et d’étanchéité.

Il faut également prévoir l’éventuelle exhumation des urnes, de manière individuelle.

Quel est le Prix d’un enclos familial ?

Créer un enclos familial suppose un certain budget, qui englobe plusieurs prestations :

  • paiement de la concession ;
  • construction des cavurnes ;
  • ornementation du lieu ;
  • entretien régulier.

A cela s’ajoutent les éventuels frais:

  • de crémation ;
  • d’exhumation ;
  • et de déplacement des précédents disparus.

La question est alors de savoir si les défunts ont prévu le financement de leurs obsèques. En cas d’assurances dédiées telles que la souscription d’un contrat assurance obsèques, il faut vérifier que le contrat couvre ces dépenses.

D’autre part, qui finance le rapatriement des corps ? Et de quelle manière ?

  • A titre d’exemple, il faut débourser environ 2500 euros pour une crémation.
  • Concernant le prix du site, pour une concession de 15 ans, il faut compter entre 200 et 300 euros, de 350 à 400 euros pour le double.
  • Une urne se négocie dans une moyenne de 200 euros, une plaque gravée 150 euros.
  • L’entretien de l’enclos par un prestataire se situe dans une fourchette de 100 à 200 euros par mois, suivant le nombre de visites et les actes accomplis.

L’avantage financier demeure dans la contractualisation d’un unique lieu d’inhumation, ce qui évite l’accumulation de concessions, mais représente tout de même un investissement certain.

L’enclos familial : de quoi s’agit-il ?
4.8 (95%) 4 votes