La stèle funéraire

modèles stèles

En effet en vertu de l’article L. 2223-12 du Code Général des Collectivités Territoriales :

« tout particulier peut, sans autorisation, faire placer sur la fosse d’un parent ou d’un ami une pierre sépulcrale ou autre signe indicatif de sépulture ».

Si elle n’est pas obligatoire, elle permet donc d’ajouter une touche personnelle à la pierre tombale.

Mais parce qu’elle est destinée à durer, il ne faut pas la choisir à la légère, car l’offre est vaste.


Alors, quels sont les critères à retenir et prendre en compte pour effectuer le bon choix ?

Comment se présente la stèle ?

Les formes sont très variées, classiques ou plus originales, on trouve des stèles :

  • rectangulaires ou ovales ;
  • en profils de livre ou de minaret ;
  • en rameaux d’arbre ;
  • en papillons etc

Il faut savoir qu’un même modèle peut se décliner en plusieurs tailles et hauteur.

Il importe néanmoins que ces dimensions respectent celles imposées par le règlement du cimetière tel que l’a stipulé la mairie.

En général la stèle ne peut dépasser 1 mètre de haut ni excéder les limites de la pierre tombale, pour ne pas gêner la circulation entre les parcelles, ou les tombes voisines.

Les matériaux utilisés à la fabrication de stèles sont multiples :

  • pierre ;
  • granit ;
  • marbre ;
  • ou métal (moins courant).

Opaque ou brillante, la gamme des couleurs est aussi très riche. Les nuances sont nombreuses allant du blanc au noir, en passant par divers roses, des gris vert, du marron etc.

On trouve des modèles conçus en série, mais il est aussi possible de faire réaliser une œuvre originale correspondant précisément à ce qu’était le défunt (forme de guitare pour un musicien par exemple).

À noter : Les stèles funéraires peuvent également servir à représenter la religion du défunt.

Comment peut-on orner une stèle ?

L’ornementation, comme évoqué précédemment, peut considérablement varier d’une stèle à une autre :

  • La stèle précise généralement les noms, prénoms, date de naissance et de mort du disparu.
  • Elle peut être décorée d’inscriptions supplémentaires (citation, message d’affection).
  • Toute inscription doit être préalablement soumise à la mairie pour validation.
  • On peut recourir à plusieurs calligraphies, plusieurs nuances, plusieurs tailles, en lettres blanches ou dorées.
  • Peuvent s’y ajouter des motifs comme des papillons, des notes de musique, des fleurs, des arbres ou le profil d’un animal de compagnie.
  • Il est aussi possible de placer une photographie du disparu en médaillon de porcelaine, ou des incrustations métalliques comme des crucifix.

Quelles sont ses caractéristiques ?

La gamme de prix est étendue, de 600 euros jusqu’à plus de 1500 euros. Le tarif dépend du nombre de modifications apportées au modèle de base :

  • sculpture ;
  • adaptation des dimensions ;
  • inscriptions et décorations pratiquées etc.

Bien sûr, plus on personnalise l’objet, plus il est coûteux.

Outre les ornements il faut vérifier l’épaisseur de la stèle afin de s’assurer de son assise et de sa solidité. Aussi, pour résister aux vents et aux intempéries, elle mesurera au minimum 8 cm.

La stèle doit être scellée au monument, de façon étanche. Ce point est important pour éviter les vols.

Comment bien choisir ?

L’offre est multiple, notamment sur internet. Il convient de comparer les prix mais également les produits.

Il vaut mieux prendre rendez-vous avec des professionnels afin de juger par soi-même de la qualité des articles, de leur dimension, de leur volume et de leur rendu visuel, cela afin d’éviter les déconvenues.

La stèle désigne la plaque qui se fixe à la verticale, au milieu ou à la tête du monument funéraire ou de la tombe cinéraire. De forme, de dimensions et de matériau variés, elle personnalise la sépulture et permet d’y placer des inscriptions commémorant le disparu.

Nullement obligatoire, elle dépend du choix du concessionnaire et de son budget.

La stèle funéraire
4.8 (95.17%) 29 votes