Éloge funèbre pour une grand-mère

Vous trouverez ci-dessous un exemple de lettre pour vous aider dans la rédaction de votre oraison funèbre.


Modèle d’oraison funèbre : Emilie à sa Mamie

Suzanne,

————-

Tu es née à [….], le 29 octobre 1924. Dans ce petit village, tu as grandi. Tu as épousé Louis [….] le 20 octobre 1945. Six enfants sont nés de cette union : Elyane en 1946 ; Colette en 1948 ; Michel en 1951 ; Jean-Marie en 1954 ; Roger en 1956 et Josette en 1958.

————-

En venant, j’ai repensé à quelques souvenirs…

Un jour que je téléphonais à Mamie pour lui souhaiter une bonne année et surtout une bonne santé, elle m’a répondu :

« Oui, ça va … Mes jambes me font un peu mal, mais ça va ».

Ensuite, elle a ajoutée :

« J’espère que je vais rester encore vers vous … j’ai encore des mariages et des baptêmes à faire… ! ».

Alors oui, il y a eu des mariages, des naissances, des baptêmes… nous n’avons pas vu vieillir Mamie, elle est restée la même, avec toute sa tête – connaissant chaque date d’anniversaire de chaque membre de la famille.

Elle était aussi très gourmande, surprenante, spontanée et très rigolote…

Par exemple, lorsque je lui ai téléphoné pour lui annoncer ma dernière grossesse, Mamie a répondu : « Encore !!! ». Ce qui m’a valu un bon fou rire…

————-

Aussi Mamie croyait tout ce qu’on lui disait…

Lorsque mes sœurs et moi avons eu notre premier téléphone portable, elle se recoiffait avant de répondre et nous parler parce qu’elle pensait qu’on pouvait la voir dans l’écran du téléphone !

Un peu plus jeune, je me souviens que j’adorais regarder d’anciennes photos avec mes sœurs, mes cousins et mes cousines. Puis on s’amusait à deviner et à se reconnaitre qui se trouvait sur les photos.

Je me souviens aussi de tes tartes aux pommes, de ton incontournable recette de pommes de terre, que je n’ai jamais réussi à refaire d’ailleurs….Bien sûr je me souviens aussi de sa mousse au chocolat.

Je me souviens aussi, que, lorsque tu riais, tu fronçais le nez.

————-

Les années se sont écoulées…

Le temps a fait des enfants aux enfants, puis des enfants aux petits enfants. Nous sommes aujourd’hui 17 petits-enfants et 16 arrières petits-enfants. Mamie a traversé toutes les épreuves douloureuses de la vie, sans jamais se plaindre. Jusqu’à ce que le temps devienne souffrance.

Désormais ces beaux yeux bleus se sont fermés.

————-

Mamie a retrouvé Papi…

Tu as rejoint les étoiles, elle est sans doute, la plus étincelante de toutes les étoiles.

Tu as besoin de sérénité et de repos maintenant.

Mamie fais de ton mieux et veilles sur nous.

Emilie

N. B. : Ce texte est authentique. Si vous peinez à écrire le votre, essayez de vous le réappropier en repenssant à des anecdotes personnelles. Les histoires avec votre grand mère -les plus touchantes, les plus émouvantes ou même les plus drôles – sont les bienvenues. Comme expliqué dans la préparation de l’éloge funèbres, il n’est pas interdit d’utiliser l’humour (tant qu’il est de bon goût).

Le principal finalement, c’est que votre texte vienne du coeur…tout simplement.

À lire aussi :