Quelles différences entre l’inhumation en pleine terre et l’inhumation en caveau ?

L’enterrement d’un corps peut se pratiquer à même le sol (tombe en pleine terre) ou dans une fosse bétonnée (caveau funéraire). Généralement ce choix dépend de deux critères : le budget et la religion de la famille. Si vous hésitez entre ces deux options, il convient de prendre en compte plusieurs paramètres avant de faire votre choix.

La tombe en pleine terre

L’inhumation en pleine terre suppose de placer le cercueil dans un trou creusé à même le sol et dépourvu de toute fondation et infrastructure.

Ce choix est tout à fait envisageable. La loi ne l’interdit pas, pourvu qu’il n’aille pas à l’encontre des directives du cimetière en termes de sécurité et d’hygiène. On ne creusera pas ce type de tombe dans une surface où pullulent les infiltrations par exemple.

Le maire ne peut s’y opposer sauf pour préserver la sécurité sanitaire du terrain commun ; en vertu de l'article L. 2223-13 du code général des collectivités territoriales, « les bénéficiaires d'une concession peuvent construire sur ces terrains des caveaux, monuments et tombeaux ». Ils n’y sont donc pas contraints.

Une tombe en pleine terre devra cependant être équipée d’une semelle qui en cerne la surface, éventuellement d’une fausse case qui en assurera l’équilibre.

Cette option présente plusieurs avantages :

  • Elle est généralement moins coûteuse, 400 euros en moyenne, et évite d’investir dans un caveau (si la famille ne dispose pas déjà d’un caveau familial).
  • On peut la pratiquer très rapidement, et sans mobiliser beaucoup de personnel.
  • Elle est tout à fait adaptée à certains rituels, par exemple le cérémonial musulman qui exige que le corps soit placé dans la terre. C’est certes interdit par la loi française qui exige le recours au cercueil, aussi la tombe en pleine terre offre une solution « médiane ».

Il faut cependant tenir compte des désagréments occasionnés :

  • Le cercueil étant placé à même le sol, va se dégrader beaucoup plus rapidement que s’il était abrité dans un caveau. Humidité, poids de la terre, il faut sélectionner un modèle aussi solide que possible, ce qui restreint la marge de choix.
  • Impossible dans ce type de sépulture relativement instable de prévoir plusieurs places, on ne pourra en user que pour une concession individuelle.
  • Si la tombe est recouverte d’un monument, ce dernier ne peut être érigé avant deux ou trois mois après l’enterrement.
  • Par ailleurs, la construction risque fort de s’abîmer beaucoup plus vite, de se déséquilibrer à cause des glissements de terrain. Il faudra donc prévoir des restaurations constantes, qui occasionneront un coût supplémentaire très lourd, et auxquelles on ne pourra se soustraire, la réglementation du cimetière obligeant les concessionnaires à entretenir les mausolées pour assurer la sécurité du lieu et de ses usagers.

La sépulture avec caveau

Dans ce cas-là, l’excavation donne lieu à la mise en place d’un caisson en béton qui protège et consolide le fond et les parois de la tombe. Isolé et étanche, le caveau funéraire peut aussi être séparé en différentes cases parallèles ou verticales pour accueillir plusieurs cercueils qui s’empileront.

Chiffré entre 500 et 2000 euros selon les travaux à effectuer- ce qui constitue un investissement important- ce mode de sépulture offre néanmoins certaines opportunités très appréciables :

  • On peut y placer plusieurs personnes pour le prix d’une seule concession, collective ou familiale, ce qui permet une économie évidente sur le long terme.
  • La tombe peut accueillir un monument conséquent qui ne s’effondrera pas, puisqu’il s’appuie sur des fondations bétonnées. Du coup, on réduira considérablement des dépenses consécutives aux réparations induites par les tassements de terrain, pour ne régler que celles liées à l’entretien même de la stèle.
  • Le cercueil étant protégé, on a plus de marge d’action en termes de choix et on peut se tourner vers un modèle plus simple ou plus ouvragé.
  • La fosse est étayée très rapidement, en trois jours environ, selon la complexité de la construction (plusieurs cases, sépulture élaborée, ...).
  • Le monument peut être érigé immédiatement après la fermeture du caveau, ce qui n’est pas le cas avec une tombe en pleine terre.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.