Est-il possible de fabriquer son cercueil soi-même ?

Je désire fabriquer moi-même mon cercueil pour ma future incinération : en ai-je le droit ?

Et bien la réponse est Oui … et Non… !

Lorsque l’on voit la difficulté de créer un cercueil pour des artisans confirmés…, pas sûr que beaucoup aient l’envie de se risquer à cet exercice très difficile et qui ne parait être réalisable que par un expert. Ceci dit, rien d’impossible si vous un petit bricoleur du dimanche confirmé !

Rien d’impossible, certes, mais il faut savoir que si vous faites vous-même votre cercueil, il est très important de savoir qu’aucune entreprise de pompes funèbres n’acceptera d’organiser vos obsèques.

Elles ne « s’oseront » jamais à engager leur responsabilité sur un cercueil qu’elles n’ont pas fourni et qui n’est pas homologué. Inutile donc de vous engager dans de telles péripéties. Et puis convenons-en, il y a plus drôle à faire.

Réaliser des économies en étant écolo ?

Si vous désirez faire cela pour de simples raisons économiques ou encore écologiques, optez pour un cercueil en carton (évalué à l’heure actuelle entre 200 et 400€). Bien moins chers que les autres, ils se font rares dans les catalogues…

Des chiffres à connaitre

Les cercueils en carton, qui ont du mal à se vendre, permettraient en se banalisant d’économiser 35 000 km2 de forêt, 6,5 millions de mètres cubes d’eau et 320 millions de litres de fioul, d’après les chiffres de la société Ecocerc.

« Sans compter la pollution atmosphérique réduite aux abords des crématoriums, lorsqu’il s’agit de consumer les sept kilos de la bière contre la quarantaine affichée sur la balance par un cercueil en bois classique, et la durée moindre de la crémation (45 minutes au lieu de 90) », ajoute Hélène Jovignot.

La fabrication d’un cercueil chez un artisan

Quand on parle de cercueil, tout le monde croit se représenter le même objet. Pourtant, il y a « cercueil » et « cercueil » !

Il existe les cercueils à bis-pan à la base (comme celui de Dracula), et ceux de type américain, rectangulaires, fait de bois, de plastique ou de métal et un peu trop carré pour le « vampire moyen » qui sommeille en vous !

Cercueil en cheneLes cercueils en chêne, en frêne ou en acajou, sont généralement représentés de la même façon.

La fabrication du cercueil : pas à pas

Les planches de bois sont passés à la défonceuse qui usine les bords de façon à obtenir une languette d’un côté et une languette de l’autre.

On applique ensuite de la colle sur le bord des planches avant de les positionner dans un étau arrondi qui va assembler rainures et languettes. Il faut attendre une 1h30 pour que la colle sèche et que l’on obtienne une grande pièce bombée. Cette pièce formera le dessus et les plans latéraux du couvercle rectangulaire du cercueil.

Pour compléter ce rectangle, on découpe un « V » à chaque extrémité de la pièce et on y colle une pièce triangulaire, elle aussi composée de planche de bois.
Une presse vient ensuite serrer toutes ces pièces ensembles. La jointure est consolidée par des agrafes.

Une machine vient tailler une rainure au milieu de la partie intérieure du couvercle. L’artisan y colle une pièce de bois qu’il fixe avec des agrafes. On appelle cette pièce « le pont » et c’est à cet endroit que le couvercle sera plus tard scié en deux. Le couvercle sera ensuite amené vers une machine automatisée qui le poncera de manière précise et délicate

L’étape suivante consiste à attacher une moulure ornementale tout autour du couvercle du cercueil. À l’intérieur de cette moulure se trouve une rainure dans laquelle on glissera le tissu à l’intérieur du cercueil. L’artisan colle alors ensuite un petit morceau de bois au milieu de la rainure de façon à ce qu’elle n’apparaisse pas quand le cercueil est ouvert.
Il devra ensuite scier le couvercle en 2 tout en traversant le pont.

Pendant ce temps un autre artisan assemble l’autre moitié du cercueil que l’on appelle « la boite ». Il assemble les coté avec de la colle, applique une moulure le long de la base et fixe le tout avec des agrafes.
La boite est alors à l’envers, l’artisan attache donc le fond du cercueil et se contente de remettre la boite à l’endroit.

Le moment est venu d’assembler la boite et son couvercle à l’aide de 4 charnières.

Les artisans appliquent ensuite la bombe de la couleur pour bois choix par le proche ou la famille. Ils feront par la suite pénétrer la couleur de manière homogène sur toute la surface du cercueil. Après cela, le cercueil passera au four pendant 1h30 pour faire sécher la peinture. Un artisan applique ensuite 2 couches de laque à l’intervalle de 40 minutes pour le séchage.

Une fois la laque séchée, l’artisan attache les poignées. Bien sûr plus le cercueil est onéreux plus les finitions sont sophistiquées.

Un commentaire

  1. Morel etienn

    Si on veut jouer l’écologie à fond: pas de vernis qui dégagera des des gaz polluants, on doit pouvoir faire une caisse en sapin toute simple, arrangées un peu à la forme du corps de 18 mm d’épaisseur, poncée mais pas vernie, agrafée une toile une toile à l’intérieur et quatre poignées en bois… Et si les pompes funèbres refusent…de porter le cercueil ils nous autoriseront peut-être de le mettre dans l’incinérateur ? Je serai content de d’avoir votre avis ? Merci A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.