Salon du funéraire à Amsterdam : pour une perception ludique, individualisée et élégante de la mort

Nous vous parlions récemment d’un nouveau concept de cercueil en kit à monter soi-même. Figurez-vous que ce modèle pour le moins surprenant a été l’une des « vedettes » d’un salon du funéraire organisé il y a quelques semaines à Amsterdam. L’événement était tout aussi étonnant, de par le caractère des nouveautés qui y étaient présentées certes, mais également par la vision de la mort portée par ses visiteurs et son organisateur.

La mort à l’image de la vie…

A la source de cette manifestation, Peter Van Schaik, consultant spécialisé dans la gestion du deuil. Son regard est des plus distancés, son discours pertinent : l’acceptation de la mort s’enracine dans la conception d’obsèques adaptées au défunt. Chacun doit pouvoir exprimer sa personnalité dans l’orchestration même de ses funérailles. Ce principe implique d’avoir accès à des éléments, des accessoires qui reflètent l’individu, ses goûts, ses passions.

Chacun doit y exprimer ce qu’il fut, ce qu’il a aimé durant son existence, autant de visages dont ses proches doivent se souvenir avant tout. Fort de ce précepte, Van Schaik a ainsi convoqué des innovations allant dans ce sens.

  • Des cercueils ludiques

C’est une des tendances du salon : si le cercueil en kit mise sur le Do It Yourself, d’autres concepts exploitent volontairement l’idée de jeu. On trouve un cercueil en forme de chaussure de foot pour les fans de ce sport, si important aux Pays-Bas. Un autre modèle intègre un jeu de palet complet sur le couvercle, destiné aux amateurs afin que les proches puissent y jouer une dernière fois avec leur cher défunt.

  • Un potager en guise de tombe

Très sensibles aux questions écologiques, les néerlandais ont certainement apprécié l’idée de recouvrir la tombe d’un jardin de simples et de petits légumes. Voici une manière à la fois poétique et utile d’optimiser la sépulture tout en faisant le lien avec la tradition des jardins monastiques dédiés aux plantes aromatiques et médicinales.

Attention cependant, conscient des réalités du corps en déliquescence, le créateur a placé chaque végétal dans un récipient protecteur afin d’éviter tout risque de contamination. Les aromates et les légumes sont donc comestibles sans aucun danger.

  • Une canne cinéraire

C’est le sommet de l’élégance dandy. Cette canne creuse permet de collecter les cendres du défunt pour les convoyer vers leur lieu de dispersion lors d’une ultime promenade. Un mécanisme ouvrira la canne par le bas pour répandre le contenu de manière simple et précise. Un GPS intégré conserve trace de la localisation exacte pour pouvoir ensuite venir rendre ses hommages au disparu.

  • L’urne visage

Il s’agit d’un vase qui reflète les traits du défunt grâce à un dispositif tridimensionnel. Le récipient contenant les cendres du disparu est ainsi personnalisé de manière réaliste. La démarche est puissante, chargée de sens.

Le message est clair : il s’agit d’effacer le sentiment de déconstruction du corps liée à l’incinération. S’il ne demeure que de la poussière, le souvenir, lui, sera toujours présent dans nos cœurs et nos esprits.

  • Un jeu de construction pour gérer le deuil

C’est probablement l’une des nouveautés qui a le plus attiré le public. Adressé aux enfants, ce jeu permet de construire son propre salon funéraire, son crématorium. Fourni avec figurines, cercueil et tombes, il offre l’opportunité de jouer le processus des funérailles, de s’en emparer, de l’assimiler plus facilement. C’est une méthode efficace pour amener une cible très jeune à vivre au mieux les étapes douloureuses du deuil.

Ces quelques exemples prouvent que la perception de la mort et des cérémonies qui entourent les funérailles et le deuil vont dans le sens d’une individualisation. On peut être tenté de prendre ces innovations pour des gadgets high tech, des plaisanteries destinées à une clientèle cynique. Notons cependant que sur les 3500 visiteurs de ce salon hors normes, beaucoup se sont montrés intéressés et sensibles au message transmis, qui répond à une véritable attente du public, attente dont nous avons plusieurs fois fait état dans nos articles.

Comme pour valider cette nouvelle orientation, le salon a eu lieu dans les locaux de la prestigieuse Westerkerk, église incontournable du patrimoine architectural néerlandais où repose Rembrandt ; ce lieu de culte est toujours en activité, preuve que le regard porté par le clergé sur cette nouvelle manière d’appréhender la mort est bienveillant. L’événement confirme par ailleurs le rôle de pionnier qu’occupe le pays dans le renouvellement des rituels, l’évolution des accessoires et des pratiques.

Crédit photo : AFP news agency

Pierre C.
161

Fondateur de Lassurance-obseques.fr

A lire aussi :

Aucun commentaire à Salon du funéraire à Amsterdam : pour une perception ludique, individualisée et élégante de la mort

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.