Frais des funérailles : l’enquête de Familles Rurales confirme les dérives du secteur

Ce n’est pas la première fois que nous en parlons dans nos colonnes : lorsqu’on se retrouve dans la délicate situation d’organiser les obsèques d’un proche, il convient de demeurer vigilant, notamment en terme de tarif. Consulter plusieurs agences, bénéficier de devis gratuits, en comparer les prix, vérifier leur conformité avec la loi, s’enquérir de ce que recouvrent exactement les prestations notamment quand elles sont optionnelles, … les éléments à vérifier sont nombreux, et il faut impérativement s’en inquiéter … à raison. Car les dérives sont nombreuses, comme le confirme la très récente enquête menée par Familles Rurales.

Avec 2.200 associations ancrées au niveau des villes, un maillage territorial via 83 antennes, 17 000 salariés épaulés par 40 000 bénévoles et 160 000 familles qui ont choisi d’y adhérer, Familles Rurales est un mouvement laïc et autonome, important à l’échelle du pays, et qui vise à éduquer le public tout en protégeant les intérêts de ses membres. Il est tout à fait normal donc qu’il se penche sur la question des obsèques, à l’heure où l’on dénombre 600 000 décès annuels ; pour traiter le sujet, une étude a été menée durant l’été 2017 sur 13 départements éparpillés de par le pays, à savoir l’Allier, Le Calvados, le Cantal, la Gironde, l’Indre, l’Indre et Loire, l’Isère, le Nord, le Vaucluse, la Vendée, la Vienne et les Hauts de Seine.

Objectif de cette mission : en savoir plus sur les politiques de prix des professionnels du secteur, et leurs pratiques en termes de devis et de prestations. Pour ce faire des clients factices ont contacté une trentaine d’établissements, agences ou sites internet spécialisés, avec un scénario commun, demandant dans chaque cas à mettre en place les obsèques d’un proche, hors frais de concession, avec le « devis le moins cher possible » pour une inhumation et une crémation. Les résultats de leurs investigations, publiés juste avant la Toussaint, sont édifiants et préoccupants.

  • Sur les 27 devis conclus en agence et les 10 via internet, on constate des écarts de prix considérables concernant les frais d’inhumation, le moins cher se chiffrant à 862.72€, le plus onéreux à 4 585.92€ ; idem pour la crémation avec un tarif de base de 1 344 € … et un plafond à 3 023,17€. Des variations qui vont du triple au quintuple rappelant les chiffres de notre récente étude sur la crémation !
  • Par ailleurs 60 % des documents fournis ne respectent pas les normes en vigueur : services de base et options ne sont pas différenciés, on définit comme imposées des prestations annexes, par exemple la conservation du corps, l’annonce du décès dans les rubriques nécrologiques des journaux locaux ou le passage par la chambre funéraire sont présentés comme incontournables, ce qui n’est officiellement pas le cas.
  • Les devis conclus en agence sont plus raisonnables que ceux réalisés sur un site, avec un prix de base de 862,72 € … qui peut atteindre 1100 euros de plus sur la toile, alors que les prestations digitales sont présentées comme plus économiques ! On détecte même un écart plus conséquent concernant les crémations avec un supplément de 427,50 €.
  • Les grandes enseignes s’avèrent moins économiques que les pompes funèbres locales, puisqu’elles facturent en moyenne 400 € de plus pour un enterrement. Quant à la crémation elle est aussi plus onéreuse quand on s’adresse à un grand groupe.

Qu’en déduire ? Malgré les réglementations imposées, de nombreux acteurs du secteur funéraire n’hésitent pas à user de pratiques contestables et interdites, exploitant ainsi la détresse des personnes en deuil. L’enquête menée par Familles Rurales est d’autant plus pertinente qu’elle fait écho à d’autres investigations relatées dans nos articles dénonçant les pratiques du milieu funéraire au Bénin comme au Québec.

Ce constat étant posé, les familles doivent se montrer à la fois vigilantes et exigeantes, en dépit de leur chagrin et de leur deuil : se faire accompagner par une connaissance lors des démarchages, refuser certaines propositions, s’informer en amont, poser des questions, demander un détail précis des prestations, ne pas subir la pression liée aux délais relativement courts de mise en terre, ni les chantages à l’affect et la culpabilisation auxquels certains entrepreneurs n’hésitent pas à recourir pour justifier des frais élevés, des services imposés alors qu’ils sont annexes. Le mieux sera toujours d’anticiper en organisant ses funérailles bien en amont, au travers d’un contrat d’assurance obsèques en prestation par exemple, ou en couchant ses ultimes volontés sur le papier d’un testament homologué.

Voir aussi :

Pierre C.
161

Fondateur de Lassurance-obseques.fr

A lire aussi :

Aucun commentaire à Frais des funérailles : l’enquête de Familles Rurales confirme les dérives du secteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.