La chambre funéraire

C’est l’endroit où repose le défunt en attendant la cérémonie des obsèques (inhumation ou crémation). Elle est créé soit par une régie municipale, soit, par une entreprise de pompes funèbres.

Toutes les dispositions nécessaires sont prises pour que la famille puisse rendre visite à leur disparu, se recueillir et se retrouver.

Funérarium ou chambre funéraire ?

Crédit : pf-collin.com
Crédit : pf-collin.com

Les deux termes ont en fait le même sens et désigne la même chose. D’ailleurs, la chambre funéraire est connue sous d’autres appellations comme :

  • Salon funéraire ;
  • Funérarium ;
  • Athanée ;
  • Maison funéraire etc…

La chambre funéraire (ou funérarium) n’a rien d’obligatoire : il conviendra aussi de se conformer aux dernières volontés du défunt s’il les a exprimées, ou penser en terme pratique. Effectivement, si le logement du défunt est trop petit et ne permet pas la mise en bière, alors, le défunt pourra être transféré en chambre funéraire.

Elle permet également à la famille de ne pas recevoir trop de monde à son domicile, ce qui peut s’avérer être éprouvant pour certains proches.

Aussi, certaines familles peuvent ressentir de la gêne par rapport au corps du défunt dans l’enceinte même du domicile familial, et préfère donc le transférer en chambre.


À savoir : Entre son décès et ses funérailles, il existe plusieurs lieux où le défunt peut être conservé :

L’admission

La demande d’admission en chambre funéraire d’un funérarium ou d’un athanée est faite à la mairie du lieu du décès . L’accueil doit intervenir dans un délai de vingt-quatre heures à compter du décès. Le délai est porté à quarante-huit heures lorsque le corps a subi des soins de conservation.

La chambre funéraire et chambre mortuaire : quelle différence ?

Même si beaucoup font la confusion, il est important de rappeler que la chambre funéraire n’est pas la même chose que la chambre mortuaire, qui elle, se trouve au sein d’un hôpital.

À lire aussi : Quelles différences entre chambre mortuaire et chambre funéraire ?

De plus, une chambre mortuaire, à la différence d’une chambre funéraire, est en droit d’accueillir une personne décédée des suites d’une maladie contagieuse.

Même si l’accès est le même pour les familles et proches, une autre différence notable est que la chambre mortuaire est gratuite les trois premiers jours et qu’aucun frais de transport du corps ne peut être facturé.

Aussi, la chambre funéraire, bien qu’elle soit gérer par une société privée, reste un espace public. Elle est donc accessible à toutes les familles quelle que soit la société de pompes funèbres choisie. Le gestionnaire de la chambre ne devra pas faire de différenciation de tarif pour ses clients ou pour celui de ses concurrents.

Comment se présente une chambre funéraire ?

1. Le salon d’accueil

Les personnes sont reçues dans un salon d’accueil, plus ou moins équipé pour recevoir les endeuillés (souvent sont proposés quelques services comme la mise à disposition de boissons).

Il y est obligatoirement affiché :

  • la liste préfectorale de pompes funèbres habilitées ;
  • le règlement intérieur de la chambre funéraire.

À noter, que toute publicité commerciale y est proscrite.

2. La chambre

À partir du salon, vous pourrez directement accéder à la chambre où repose le défunt.

Ce dernier sera présenté :

  • sur un lit (pouvant être réfrigéré) ;
  • ou directement dans le cercueil.

Cet endroit peut être personnalisé par la famille pour le rendre plus agréable et refléter au mieux la personnalité et les goûts de la personne décédée.

3. La salle technique

De cette chambre, une seconde porte mènera à ce que l’on appelle la salle technique. Elle est interdite au public et permet de :

Combien coûte la chambre funéraire ?

La location d’un tel espace est onéreuse.

En moyenne, une chambre funéraire coûte 80 euros par jour. Certaines sociétés peuvent facturer de manière forfaitaire pour un montant avoisinant les 400 euros quelle que soit la durée. À cela il faut ajouter :

Le transfert du corps et le séjour sont à la charge de celui qui les a exigés, soit à la famille, soit l’établissement de santé. Dans ce dernier cas, la famille à qui serait demandé d’approuver le transfert fera bien de préciser sur le document : « transfert effectué à la demande du directeur de l’établissement, sans frais pour la famille » afin que la charge ne puisse lui être imputée.

À savoir : Il est possible que le transport du corps soit exigé par un établissement de soins : dans ces conditions, les frais seront à sa charge.

La chambre funéraire
4.3 (86.67%) 9 votes