Les articles funéraires

Les articles funéraires désignent l’ensemble des ornementations qui personnalisent une tombe, classique ou cinéraire.

articles funerairesEn effet qu’elle soit destinée à accueillir un corps ou des cendres, une concession est toujours composée des mêmes éléments de base : un caisson étanche placé dans le sol (ou en hauteur dans le cas d’un columbarium) et une plaque de fermeture.

Viennent s’y ajouter une dalle ou une pierre tombale en pierre, en granit ou en marbre, qui indiquent le patronyme du disparu, ses dates de naissance et de décès ainsi que le numéro de section fourni par la mairie.

Les articles funéraires complètent la sépulture selon les désirs du défunt, les volontés de la famille.

Nullement obligatoires, ils ont pour fonction d’embellir le site tout en le singularisant ; ils évoquent la mémoire du disparu, rappellent aux visiteurs qui il fut, favorisent le recueillement et la méditation, tout en signifiant l’attachement des proches.


Aussi le choix est vaste en matière d’accessoires : cela va de la stèle à la composition florale en passant par une multitude de plaques, d’inscriptions, …

Comment se repérer dans cette offre large et variée ?

Accessoires funéraires et législation

Si l’agencement de la tombe est très strictement encadré par les différentes lois relatives au domaine funéraire ainsi que le code général des collectivités territoriales, les directives en matière de décoration sont plus souples et du ressort de la municipalité.

  • Ainsi les ornements ne peuvent dépasser sur les sépultures voisines ni sur les voies d’accès. Dans ce cadre, il est par exemple impossible de planter un arbre sur une tombe.
  • Par ailleurs le maire intervient pour valider l’apposition des épitaphes et autres inscriptions ou autoriser leur effacement.
  • Quant au placement des accessoires funéraires religieux ou de stèles, les proches doivent en faire la demande officielle auprès des services dédiés de la commune, deux jours minimum avant l’installation.

Cette dernière ne pourra être effectuée par une entreprise spécialisée que sur présentation d’une autorisation officielle. Les décorations sont la propriété de la famille. A ce titre, elle en choisit l’emplacement sur la tombe.

Les objets ne peuvent donc être dérangés sans l’assentiment des proches. La municipalité n’agit que si la tombe n’est plus entretenue, ce qui peut constituer un danger sanitaire ou un manque de décence.

Quels sont les différents types d’ornements ?

Distinguons d’abord les articles qui se fixent sur la tombe.

  • Les plaques funéraires viennent ainsi se positionner sur le caisson afin d’en fermer l’accès. Elles sont généralement taillées dans le granit, la pierre ou le marbre, des matériaux qui vieillissement bien sans perdre de leur lustre. On peut les agrémenter d’inscriptions, citations, épitaphes, images, gravées et dorées.
  • Il est aussi possible de les surmonter d’une stèle, sculptée selon différents types de formes, elles aussi marquées d’inscriptions. S’y ajoutent éventuellement des motifs en bronze, fleurs, crucifix, citations également qu’on colle sur la surface, ou des médaillons à l’effigie du défunt.
  • Cet ensemble peut être complété par des éléments mobiles, ainsi les plaques de format réduit, qu’on peut déplacer sur la tombe, qui épousent des formes variées, livre, cœur etc. Pouvant être inscrit de différentes manières de la même façon que la pierre tombale et la stèle.
  • Il est aussi possible d’acquérir des sculptures en céramique imitant des fleurs, des statuettes de saints ou d’anges, des lanternes contenant des flammes du souvenir.
  • Quant aux vases et aux jardinières, de formes variées, ils sont généralement taillés dans des matériaux lourds, granit, pierre ou métal, pour accueillir des plantes (vivaces, géranium, …) des compositions florales fraîches (donc régulièrement changées) ou factices (fausses fleurs).

Quels critères privilégier ?

Les articles funéraires étant placés sur la tombe, sont à découvert. Outre les altérations liées aux ravages du temps qui passe, ils devront subir les intempéries, pluie, vent, neige, soleil et chaleur. Ils risquent donc de se déformer ou de fendre, d’être brisés, de se décolorer progressivement, de se ternir.

Faudra-t-il les entretenir régulièrement, ce qui peut constituer un véritable souci pour les familles géographiquement éloignées de la sépulture et qui ne pourront la visiter qu’épisodiquement ?

Dans cette perspective, quel budget prévoir pour financer l’entretien de la tombe par un intervenant extérieur (pompes funèbres, fleuristes, …) ?

Ne vaut-il mieux pas choisir en amont des articles funéraires adaptés ?

Leur coût variant de quelques dizaines d’euros pour une céramique à plusieurs centaines pour une stèle, voire plus dans le cas de créations originales et uniques réalisées par des artistes.

Il convient de comparer les offres pour déterminer les objets qui seront les plus fiables, tout en étant vraiment représentatifs du caractère du défunt.

Il est essentiel de prendre en compte les critères suivants :

  • l’étanchéité du produit,
  • sa solidité,
  • le matériau de fabrication (le granit est réputé le plus solide et le moins altérable, avec cependant des nuances multiples et un très beau rendu),
  • son poids (un article plus lourd résistera au vent),
  • son esthétique (une forme plus sobre passera mieux les époques qu’un design complexe).

Les sites de vente en ligne spécialisés sont très nombreux et proposent des tarifs attractifs. Cependant il vaut mieux prendre rendez-vous avec des professionnels afin de juger par soi-même :

  • de la qualité des articles,
  • de leur dimension,
  • de leur volume
  • et de leur rendu visuel, cela afin d’éviter les déconvenues.

Il faut aussi anticiper l’éventualité d’un vol, et s’informer sur la possibilité de sceller les objets à même la tombe.

Les articles funéraires
5 (100%) 4 votes