Je suis né poussière et je repartirai … Diamant

Nous nous sommes tous posés la question : Je préfère être enterré ou incinéré ? Et bien sachez que désormais, d’autres alternatives s’offrent à vous ! Oui, en effet l’homme évolue, même dans la mort , ou du moins dans sa conception de l’envisager.

Parmi les tendances récentes nous connaissions déjà la congélation, ou encore la momification ( si, si paraît il que c’est tendance ! ), mais voici venu le temps d’une ère nouvelle ; vous pourrez dorénavant être transformé en diamant après votre incinération. C’est ce que le site evrmemories.com nous révèle.

Démocratisé en Suisse (coïncidence ?), cette pratique rencontre un très vif succès auprès de la clientèle aisée. Parce que oui, vous l’imaginez bien, réaliser cela, à un prix et pas des moindres!

Une pratique éthique ?

C'est la société Algordanza, qui actuellement détient le monopole de ce juteux business . Cependant de nombreuses entreprises un peu partout dans le monde ont reprit le flambeau; c'est ainsi que des sociétés voient le jour un peu partout dans le monde et que les laboratoires spécialisés dans cette techniques "fleurissent" . On les retrouve un peu partout ; Au Japon, au Etats-unis, en Russie etc. Il faut savoir que pour obtenir ce genre de "diamant funèbre", il vous faudra débourser pas moins de 3000 euros jusqu'à 11000 euros pour les pierres les plus grosses.

Un décès "bling bling"
"Diamonds are the girl's best friends ! "

La dite transformation requiert bien évidemment les cendres du défunt. Paraît-il que 500 grammes suffisent à produire un beau bijou. Les cendres sont en faite transformées en carbone puis en graphite. Une fois le graphite obtenu, celui ci est mis à très haute température. Environ six semaines suffiront à faire de l'être aimé un magnifique cœur en pendentif. Nous imaginons bien le genre de scènes cocasses que cela pourra engendrer . "Comment se porte votre mari ?" "Voyez vous même ! " dit-elle en tendant sa main ornée d'une bague!

Rien qu'en Suisse la société transforme une cinquantaine d'urnes par mois. Cela laisse présager à ce marché une activité très pérenne !

En tout cas, bien loin de nous l'idée de juger cette pratique qui peut s'avérer être un vrai soulagement aux yeux de certains. Et cela peut rassurer bien de personnes que de penser que l'être aimé est juste autour de leur cou ou à "portée de main".

Pierre C.
161

Fondateur de Lassurance-obseques.fr

A lire aussi :

Aucun commentaire à Je suis né poussière et je repartirai … Diamant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.