La toilette mortuaire

toilette mortuaireLa toilette mortuaire représente l’acte de laver le corps du défunt.


Laver le corps d’un défunt existe depuis la nuit des temps
et constitue l’un des gestes les plus universels qui soit.

Elle est un symbole fort représentant dans certains cas la dernière action du personnel soignant sur le défunt : infirmiers et aides-soignants devront effectuer une première préparation du corps du défunt avant le relai par les services compétents en chambre mortuaire ou en chambre funéraire.

La toilette mortuaire est une étape importante qui permet à la famille ainsi qu’aux proches d’appréhender le deuil plus sereinement en préservant la dignité de l’être perdu .

Important :

  • Certains établissements de soins possèdent leur propre chambre mortuaire ou des toilettes sont réalisées.

Principes et réalisation de la toilette du décès

La toilette mortuaire répond à des actes toujours effectués dans le respect et la dignité. Elle tente ainsi d’effacer certains stigmates de la mort pour apporter aux proches une image moins choquante du défunt en lui donnant une apparence soignée et reposée.

Cette procédure est généralement réalisée par deux membres du personnel soignant – une infirmière (IDE) accompagnée d’une aide-soignante (AS).

Elle a lieu à l’endroit où est survenu le décès avant que le corps soit, au besoin et à la volonté de la famille, transféré dans une chambre mortuaire pour des soins de conservation.

Par cet acte, on va tenter de supprimer toutes les traces d’une éventuelle maladie et de ses traitements (appareils, perfusions et tout autre matériel invasif) en réattribuant au défunt un aspect aussi proche que possible de son vivant :

« Après la toilette, le mort n’est pas un ancien malade, mais un ancien vivant. »


À savoir :

Chez les musulmans et les juifs, il arrive que la famille demande une toilette correspondant à certains rites religieux : elle sera alors effectuée par des croyants qualifiés de leur communauté au sein d’une chambre mortuaire (par exemple, l’imam pour le culte islamique).

Soins d’hygiène mortuaire : Déroulement et protocole de la toilette mortuaire

Avant tout, il est courant de redonner une apparence gracieuse et détendue au corps en réduisant sa tenue souvent « agonique » en le repositionnant. Dans un hôpital, le patient sera installé dans son lit en chambre seule.

Il conviendra alors de retirer :

  • le matériel de soin hospitalier (perfusion, drains, lames, cathéter, canule de trachéotomie sonde urinaire etc…) ;
  • tout matériel invasif (prothèse auditive, lunettes etc…) ;
  • les pansements, les plâtres ;
  • les bijoux, les vêtements ;
  • le pacemaker (le cas échéant, l’ablation doit être effectuée par un médecin).

Une fois ces premières étapes réalisées, il faudra alors :

  • Laver le corps avec de l’eau et du savon, toilette généralement réalisée de haut en bas ;
  • Lui fermer les yeux (peut être exécuté par un membre de la famille si présent aux derniers instants de la toilette) et si nécessaire, les maintenir à l’aide d’une fine boulette de coton ;
  • Renouveler ses pansements (pansements occlusifs pour recouvrir les éventuelles plaies) ;
  • Obstruer ses orifices naturels à l’aide de coton ;
  • Coiffer le défunt selon ses habitudes.

À savoir : En générale, la toilette mortuaire dure en moyenne 45 minutes.

Le défunt sera ensuite conduit à la chambre mortuaire (parfois enrouler d’un drap, selon les us et coutumes de l’établissement). C’est en général dans cette dernière que le patient sera habillé, rasé, et positionné pour être présenté de la meilleure des façons aux proches.

La toilette mortuaire peut être réalisée à domicile par les proches eux-mêmes.

La toilette réalisée par un thanatopracteur

Les personnes ayant qualité pour pourvoir aux funérailles peuvent également faire appel à un thanatopracteur pour réaliser la toilette mortuaire.

Dans ce cas, la toilette préliminaire faite dans l’établissement pourra être profitable à son travail, par exemple le maintien des yeux et de la bouche fermée retardera le dessèchement des muqueuses (bord des yeux et de bouche) donnant un résultat visiblement difficile à supporter pour les proches.

Dans le cas contraire, le thanatopracteur réalisera tous les actes précédemment cités.

Il effectuera également certains gestes pour peaufiner l’hygiène et l’apparence du défunt :

  • méchage au coton des orifices naturels (afin d’empêcher d’éventuels écoulements dus à la prolifération rapide des bactéries suite au décès) ;
  • fermeture des yeux grâce et à des lentilles discrètes placées sous les paupières ;
  • fermeture de la bouche grâce à un léger point de suture dans la bouche ;
  • habillage du corps selon les volontés de la famille ;
  • coiffure et maquillage si besoin ou demandé.

Tous ces procédés permettent d’effacer certains stigmates anté-mortem de maladie et de donner une apparence soignée et reposée au défunt.

En savoir plus sur la toilette mortuaire :

La toilette mortuaire
4.2 (84.52%) 31 votes