Le deuil dans l’Islam : quels sont les différents rituels funéraires à observer ?

Comme toutes les religions, l’Islam implique un cérémonial particulier en matière d’obsèques. Ce dernier n’est pas institué par le Coran qui ne fournit que peu d’indications en la matière. C’est donc la tradition qui est respectée, telle qu’elle a été instituée par les imams au cours des siècles d’après leurs interprétations des textes sacrés.

deuil islam

Ces rituels reposent sur plusieurs principes :

  • La personne décédée doit être accompagnée dans la mort, qui n’est qu’un passage.
  • Le cadavre doit faire l’objet d’une purification, pour faciliter cette mutation.
  • L’âme du mort demeure dans la tombe durant une quarantaine de jours avant de passer dans l’au-delà.

Ces croyances supposent donc des étapes à franchir, au moment de la mort, en amont, pendant et après la mise en terre. De quoi s’agit-il ?

L'accompagnement du moribond

  • Selon la coutume, l'agonisant ne doit pas demeurer seul ; sa famille, ses proches doivent l'entourer.
  • L'ambiance doit être calme, sans pleurs ni gémissements, afin d'apaiser le mourant.
  • Il doit pouvoir réciter une prière, la sunnna, au moment de rendre l'âme.
  • Si cela lui est impossible, ses proches le font pour lui.
  • Ils doivent lui clore les paupières, une fois qu'il a cessé de vivre.
  • Il est également de leur devoir de lui couvrir le corps et la face.
  • La dépouille est alors prête pour la toilette mortuaire.

La préparation du corps

Le corps doit demeurer dans son intégrité. Ne sont tolérés ni le don d'organe, ni le traitement thanatopraxique, ni l'incinération. L'autopsie ne peut être pratiquée que sur décision de justice.

La dépouille fait l'objet d'un nettoyage minutieux, effectué à grande eau, afin d'être purifiée :

  • elle est d'abord orientée vers la Mecque ;
  • on doit la débarrasser de toute trace, de toute salissure ;
  • on peut utiliser du savon ;
  • il faut la sécher avec trois linges blancs propres ;
  • on étend les bras le long des flancs, les paumes orientées vers le ciel.

Ce rituel est accompli par quatre proches, du même sexe que le mort ; le conjoint peut aussi effectuer cette opération (on ne tolère pas d'autres présences). Ces personnes doivent être pieuses et être purifiées auparavant. Le corps nettoyé est ensuite enroulé dans un linceul.

Ces opérations ont lieu tandis que l’on récite la prière des morts. Elles doivent être effectuées le plus rapidement possible, car le corps doit être placé en terre au plus tard 24 heures après la mort.


Ce délai étant trop court pour obtenir un acte de décès auprès des autorités françaises, il est prévu de pratiquer l'inhumation au plus vite dés signature du document.

C'est également le cas pour les corps rapatriés de l'étranger ou envoyés en terre d'origine (selon les statistiques, seuls 20% des musulmans français sont inhumés dans l'Hexagone, les autres demandent à retourner dans leur contrée initiale pour être placés dans des cimetières religieux).

Une fois le rituel de purification effectué, il faut informer le reste de la famille, les amis et la communauté qui viennent présenter leurs condoléances.

L'inhumation dans Islam

La tradition voudrait que les musulmans soient enterrés ensemble, en terre consacrée. 

En France les cimetières n'ont plus cette vocation religieuse ; il existe néanmoins des carrés confessionnels (on en dénombre 70), et trois cimetières musulmans, dont un dans le 93 à Bobigny.

Le corps est extrait de la pièce où il reposait par la tête, tandis que les participants récitent la shahada, prière qui reconnaît la grandeur de Dieu.

Le convoi sera silencieux, les participants vêtus de manière discrète, les comportements respectueux et recueillis. Toutes les personnes de confession musulmane qui croisent la cérémonie la rejoignent.

Les femmes et les enfants sont tenus à l'écart de la fosse, voire absents du cortège. Ils viennent rendre hommage une fois le corps recouvert de terre. Le mort est porté par ses proches.

Le corps doit en principe être porté en terre directement, sans être placé dans un cercueil, or la législation française en impose l'usage pour des raisons sanitaires.

Aussi le cercueil choisi sera d'une grande simplicité, dépouillé de décorations ; on n'y placera aucun coussin ni objet. Il faudra orienter le visage de la dépouille vers la Mecque, dénouer le linceul.

Chaque personne présente lancera trois poignées de terre dans la tombe avant qu'elle soit fermée d'une pierre tombale. Cette dernière doit être austère ; on peut néanmoins y faire inscrire un verset du Coran.

On recommande d'y placer une stèle, afin d'indiquer l'emplacement de la sépulture et d'éviter qu'elle soit accidentellement piétinée.

Suite aux obsèques on peut organiser un repas de famille.

Le deuil officiel se poursuit sur trois jours pour les proches, mais il faut compter quarante jours environ pour que l'âme quitte le corps.

Le comportement des proches est strict, on refuse les ornements, le jeu, ... Le veuvage, quant à lui, se prolonge sur 4 mois et 10 jours, durant lesquelles on ne peut se remarier.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.