Selfie mortuaire : mode numérique, souvenir de famille … ou provocation perverse ?

Très en vogue aux USA, le selfie mortuaire est en train de se banaliser au Canada, au grand dam des familles comme des professionnels du secteur funéraire. Facilité par la technologie toujours plus poussée des smartphones, ce type de portrait pose bien des questions, éthiques, psychologiques, sociales et légales.

Un véritable débat est en train d’apparaître, pour évaluer si ce geste est admissible ou non, quelle est sa véritable portée et s’il doit être encadré par l’État.

Pixabay

Un phénomène dérangeant

S’ils ne sont pas encore monnaie courante en Europe, les autoportraits funèbres se généralisent en Amérique du Nord comme au Canada. Et cela pose problème, notamment quand les familles, horrifiées, découvrent les clichés publiés triomphalement sur les profils Facebook ou Instagram de leurs proches, quand il ne s’agit pas carrément de ceux des prestataires de service qui ont officié pendant l’enterrement.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : la corporation des Thanatologues du Québec a constaté que ce type de comportement est avéré dans la moitié des cérémonies organisées, alors que le mort est exposé à la vue de tous.

Selphie avec un mort
Des gens parfois tout sourires, qui posent avec un membre de leur famille décédé. Des selfies pour le moins troublants...

Les photos sont prises discrètement, à la sauvette, de véritables clichés volés où apparaissent le cadavre, le cercueil, la tombe … Certains n’hésitent pas à mentir quand on leur demande ce qu’ils sont en train de faire, justifiant leur attitude par le besoin de se recoiffer par exemple.

Inquiets, les opérateurs funéraires veulent toucher l’opinion publique, alerter les autorités sur ce phénomène : s’il n’y a pas encore eu de plaintes officielles, ils craignent l’exaspération grandissante des proches, et commencent à privilégier l’idée d’une réglementation.

Car si la loi canadienne interdit toute photographie du corps pendant le déroulement des soins de conservation, privant ainsi le secteur de documents pédagogiques précieux, elle est muette quant à ces autoportraits particulièrement dérangeants.

Entre gestion du deuil et dérive perverse

En cause la motivation derrière cette démarche.

Certains psychiatres et psychologues l’expliquent comme une volonté de conserver un souvenir du rituel, de concrétiser l’idée de la mort au travers d’une image. Dans ce cadre, le selfie mortuaire participerait du processus de deuil, favorisant l’acceptation de l’inéluctable. En cela, il se situerait dans la continuité de la photographie mortuaire telle qu’elle était pratiquée au XIXeme siècle, une coutume qui a perduré au Québec jusque dans les années 60.

Mais qu’en est-il quand ces images finissent sur les réseaux sociaux, assorties de plaisanteries douteuses, de commentaires désobligeants ? Sans même aller jusque là, que vont devenir ces contenus, dans le grand océan du numérique où le droit à l’image est complètement gommé ?

Sans compter que pareil geste peut relever de la déviance psychique, d’une perversion cruelle. On évoque alors les clichés pris avec des animaux volontairement torturés pour l’occasion, les selfies/défis qui tournent mal et provoquent la mort violente du sujet… ou les polaroids de victimes accumulés par les tueurs en série ?

Désir de neutraliser le chagrin de la perte ou nonchalance coupable devant la fin de la vie ?

Difficile de trancher. Aujourd’hui les entrepreneurs de pompes funèbres avertissent les familles qui, si elles le désirent, demandent alors aux personnes invitées d’éviter ce genre de photo ; mais ils ont conscience, devant l’ampleur grandissante de cette pratique, qu’il va falloir promulguer des lois afin de freiner un usage souvent aussi irrespectueux que malsain.

Delphine Neimon
84

A lire aussi :

Aucun commentaire à Selfie mortuaire : mode numérique, souvenir de famille … ou provocation perverse ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.

quis, sem, elementum et, commodo id Curabitur libero. dolor luctus in