Photographie post mortem : évolution d’une tradition picturale du XIXème siècle à nos jours

La photographie post mortem ou mortuaire fut pratiquée à grande échelle durant le XIXeme siècle, plus spécifiquement dans l’Angleterre victorienne, mais également en France et dans les pays anglo-saxons. Elle persiste actuellement mais dans des cadres spécifiques, qui posent souvent problème d’un point de vue légal et moral.

Qu’en est-il exactement ?

photographie-post-mortem
Photographies post mortem | Capture d'écran

Le portrait post-mortem : une mode victorienne

Durant la première partie du XIXème siècle, le daguerréotype s'impose comme une avancée capitale, qui annonce l'émergence sociale, technologique et artistique de la photographie. Le portrait devient très vite un phénomène de mode dans les milieux riches et bourgeois, ... et cela jusque dans la mort.

En effet il devient rapidement de mise, dans les familles importantes, d'immortaliser les défunts sur leur lit de mort (on dispose par exemple de nombreux clichés d'hommes politiques décédés, ou d'auteurs comme Victor Hugo).

Cette tradition évolue vers des représentations qui imitent la vie. Les cadavres sont habillés et mis en scène dans leur milieu quotidien, avec leurs objets favoris. Assis sur un canapé, calés debout contre un portant spécialement destiné à cette scénographie, ils sont immortalisés dans une attitude ordinaire.

Leur proches n'hésitent pas à poser à leur côté : de nombreux documents iconographiques témoignent de véritables réunions familiales autour d'un parent, d'un enfant défunt. Les animaux domestiques étaient également ainsi honorés.

Outre la gestion du deuil, ces photographies d'un genre particulier constituaient souvent l'unique opportunité de conserver l'image du disparu, puisque la photographie était alors beaucoup moins usitée qu'aujourd'hui.

La photographie mortuaire aujourd'hui

Pratiquée telle quelle, comme une mise en scène de la mort, la photographie post mortem demeure utilisée en Europe de l'Est notamment. Il faut néanmoins reconnaître que cette coutume a perdu de son sens, avec notamment l'évolution de la notion de cadavre et du respect dû à la dépouille.

Aujourd’hui, qu'est-elle devenue ?

La photographie post mortem est désormais le fait principalement des médecins et scientifiques de la police médico légale, qui interviennent sur les lieux de mort violente et d'homicide, ainsi que durant l'autopsie. Leur but est d'identifier les victimes, de garder trace du positionnement des corps, de leurs attitudes, des lésions et blessures infligées, afin d'accumuler indices et preuves pour mener une enquête et étayer un procès.

On en retrouve également trace dans l'approche journalistique : on se souvient par exemple des photographies effectuées à l'ouverture des camps de concentration et qui ont révélé dans les journaux du monde entier les massacres perpétrés par les nazis ; on pense également aux clichés pris à Naples dans les grandes guerres entre clans mafieux, les images des cadavres des grands dictateurs exécutés comme Mussolini ou Saddam Hussein ...

Citons également la survivance de la photographie mortuaire artistique avec le travail d'artistes comme Joël Peter Witkin ou Andres Serrano dont la série The Morgue datée de 1992 représente des corps de victimes photographiées dans un institut médico-légal, dans des attitudes qui évoquent les statues baroques italiennes du XVIIème siècle.

Le point de vue de la loi

Est-il aujourd'hui encore possible de photographier ses morts ?

En théorie rien ne s'y oppose, et toute personne est en droit de conserver le portrait d'un époux, d'un parent ou d'un enfant sur son lit de mort ou dans son cercueil.

Cependant il faut toujours garder en mémoire que le corps humain, même défunt, doit être respecté, ainsi que le stipule l’article 16-1-1 du Code civil, lui-même issu de la loi du 19 décembre 2008, relative à la législation funéraire.

Ce respect suppose par exemple que ces photos ne soient pas divulguées n'importe comment sur internet, ou vendues au plus offrant.

C'est alors qu'intervient le droit à l'image ainsi que le respect de la vie privée tel que l'expose l'article  9 du code civil. Photographier une victime de meurtre et diffuser ce cliché est à la fois inconvenant et irrespectueux du droit d'autrui. C'est aussi valable quand un paparazzi cherche à photographier une star défunte.

Or, avec internet et la multiplication des smartphones, il est désormais très facile de répandre ce type de contenus pris sur le vif lors d'un accident, d'un homicide ou d'un attentat (on se souvient encore des panoramas sanglants du Bataclan après la tuerie, qui circulèrent sans aucun contrôle ni respect des morts et de leur famille).

Devant cette modification des canaux de diffusion, la loi évolue ; il convient que les comportements aussi, pour ne pas confondre témoignage, hommage et voyeurisme…

Delphine Neimon
84

A lire aussi :

2 commentaires à Photographie post mortem : évolution d’une tradition picturale du XIXème siècle à nos jours

  • Bonjour,
    La photographie Post-Mortem n’est pas « morte » >LesFilmsThanatos.Online.
    Nous la pratiquons depuis 1994…
    Cordialement,

  • Non effectivement, certains membres de ma famille furent photographiés lors de leurs obsèques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.