Mort subite du nourrisson : Les conseils pour réduire les risques

En dix ans, la mort subite du nourrisson a heureusement diminué d’environ 75 %. On peut encore mieux faire.

Définition

On parle de mort subite du nourrisson (MSN) lors d’un décès d’un enfant de moins de 12 mois, semblant en bonne santé, et pour lequel malgré une analyse complète, aucune explication plausible n’est trouvée.

Est qualifiée de mort inattendue du nourrisson (MIN), tout décès survenue jusqu’à ces deux ans sans que rien ne l’ai laissé présager. Ce terme désigne donc :

  • les morts naturelles pouvant être expliquées ;
  • les morts inexplicables (MSN si le bébé à moins de 12 mois) ;
  • les morts accidentelles ;
  • les homicides.

La mort subite ou inattendue du nourrisson en chiffre

En 1990, on estimait à 1 500, chaque année, le nombre de bébés qui décédaient de mort subite.

Depuis 2010, en France grâce aux nombreuses campagnes de prévention, ce chiffre a considérablement chuté :

  • le taux « officiel » de mort subite du nourrisson se situe autour de 0,30 pour 1000 naissances vivantes ;
  • celui des morts inattendues du nourrisson est évalué à 0,42. Ces taux représentent environ 250 à 450 décès chaque année en France.
Évolution des taux de mort subite des nourrissons - Infographie ©naitre-et-vivre.org

D’après de nombreux spécialistes, ce chiffre pourrait encore diminuer de moitié, à condition de suivre plusieurs conseils.

Les conseils pour éviter la mort subite du nourrisson

Voici les sept principaux conseils de prévention à suivre par les parents.

Si vous êtes enceinte : fuyez la cigarette !

Evitez de fumer ou de vous trouver dans une ambiance enfumée. La nicotine altère considérablement le développement du cerveau de votre bébé, en particulier celui des zones de contrôle de la respiration.

Elle augmente également le risque que vous mettiez au monde un bébé de petit poids, qui sera plus fragile.

Couchez votre bébé sur le dos

Cette position stable pour le nouveau-né est celle adoptée dans les maternités.

Vous devez la garder de retour à la maison. Ses avantages sont nombreux :

  • Elle permet à votre bébé de respirer un air plus aéré, plus oxygéné que sur le ventre, où il a le nez sur le matelas.
  • S'il fait chaud ou s'il a de la fièvre, il peut éliminer plus facilement la chaleur en trop. Sur le ventre, il lui est plus difficile de l'évacuer.
  • En cas de reflux, le lait rejeté coule plus facilement de sa bouche et votre bébé ne risque pas de s'étouffer.
  • Quand il ne dort pas dans son lit, cette position l'aide à s'éveiller au monde qui l'entoure. Mais il peut, en votre présence, jouer un peu, chaque jour, sur le ventre. Cela l'aide à apprendre à se redresser, ce qui lui sera utile quand il se retournera spontanément dans son lit.

Ne le faites pas dormir sur le côté

Cette position n'est pas une alternative au couchage sur le dos. Elle n'offre aucune sécurité, car elle est instable. Si votre bébé, couché sur le côté, bascule sur le ventre, le risque de mort subite augmente de 40 %.

Attention, les cales-bébés ne sont pas sûrs. Ils peuvent être dangereux quand ils sont accessoirisés d'une peluche.

Votre bébé peut se coincer la tête dedans et s'étouffer.

Achetez-lui une bonne literie

Vérifiez que les dimensions du matelas de son berceau ou de son lit sont parfaitement adaptées, jamais plus petites. Choisissez-le bien ferme également. Si vous souhaitez mettre un tour de lit, optez pour un petit tissu en coton léger et non pour du matelassé, à bannir comme les oreillers et les couettes.

N'utilisez pas non plus de matelas d'occasion, ou en son (pas assez fermes), conservé au grenier par les grands-mères pour leurs petits-enfants.

Si vous craignez que votre bébé ait froid, faites-le dormir dans une turbulette.

Ne le faites jamais dormir dans votre lit

Cette pratique représente environ 6 % des accidents de mort subite, soit un peu moins de trente bébés par an. En dormant avec votre bébé, vous le mettez en danger. Sous la couette et entre vous, il risque d'avoir trop chaud.

Il peut s'étouffer sous les oreillers. Fatiguée par votre accouchement et les nuits entrecoupées, vous êtes moins vigilante, et risquez de "l'écraser". Votre attention est aussi diminuée en cas de consommation d'alcool. Dans votre lit, c'est juste un câlin, mais pas une nuit complète.

Vérifiez qu'il ne fait pas trop chaud dans sa chambre

La température doit être comprise entre 18 oc et 20 oc. Votre bébé s'adaptera plus facilement à une certaine fraîcheur qu'à une température trop élevée.

Ne fumez pas près de lui

Le tabagisme passif est nocif. Son cerveau, même après la naissance, n'est pas mature. La nicotine continue de le léser. Elle irrite les muqueuses respiratoires, ce qui entraîne des infections O.R.L. plus fréquentes et graves.

Le tabagisme passif est le second facteur de risque de mort subite, après le couchage.

Une association pour vous aider :

Sur Internet : https://naitre-et-vivre.org/

Delphine Neimon
84

A lire aussi :

Aucun commentaire à Mort subite du nourrisson : Les conseils pour réduire les risques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.