Assurances obsèques : la Belgique s’y met aussi !

C’est un fait avéré : 15 % des 11,35 millions de nos voisins belges ont contractualisé une assurance obsèques, ou « assurance frais funéraires » ainsi qu’on l’appelle également au pays de Magritte.

Anticiper les frais d’obsèques

Tout comme la France, la Belgique est donc en train d’adopter ce réflexe, avec un argument puissant en tête : le coût prohibitif des funérailles dont la moyenne se situe là-bas aux alentours de 5000 euros. Une somme conséquente qui finance les mêmes services que dans l’Hexagone (traitement du corps, mise en bière, cercueil, transfert au cimetière, sépulture, cérémonie …) mais que tout le monde ne peut débourser du jour au lendemain.

La prise de conscience est actée. Aussi pour éviter cette dépense importante à leur descendance, les Belges se tournent de plus en plus vers les assureurs qui proposent, toujours comme ici, de couvrir la facture et de prendre en charge la famille endeuillée avec des services de soutien logistique, administratif et psychologique.

Vous souhaitez un devis pour votre contrat obsèques ? Obtenez les tarifs des meilleurs assureurs en UN CLIC :

Je souhaite :

Un marché en expansion

Outre banques et mutuelles, on distingue plusieurs spécialistes qui règnent sur l’assurance frais funéraire belge et se partagent ce marché en pleine expansion : DELA, Corona Direct, CBC, Lilas, des noms récurrents pour des contrats obsèques souvent similaires quant aux prestations proposées, dixit Patrick Cauwert, porte-parole de la Fédération des courtiers en Assurances et des Intermédiaires financiers de Belgique, qui évoque de très rares différences d’un produit à l’autre.

Mais dans l’ensemble, qu’il s’agisse d’un contrat en capital ou en prestations, on a tout loisir d’y établir ses ultimes volontés. Choix de l’opérateur  funéraire, dérouler du cérémonial, la flexibilité est la même, par ailleurs on dispose d’une possibilité de rachat, et plus tôt ont souscrit, moins élevées seront les cotisations à verser. On est également assujetti au délai de carence appelé « stage » et certains assureurs imposent encore un questionnaire médical et une déclaration de bonne santé.

Bref offres similaires, fonctionnement cousin, l’assurance obsèques belge a, comme ses consœurs européennes, de beaux jours devant elle. Et son embellie témoigne du reste d’une très forte mutation des comportements, d’un positionnement plus ferme face à la mort, dans un climat de crise et d’augmentation des tarifs.

Source: Lecomparateurassurance.com

Assurances obsèques : la Belgique s’y met aussi !
Donnez votre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.