Assurance décès sportif : de quoi s’agit-il ?

assurance décès sportif

Assurance décès accidentel, invalidité incapacité de travail, ou obsèques, parmi les différentes formules proposées dans ce domaine, la couverture décès sportif occupe une place particulière qu’il convient de connaître, surtout quand on pratique constamment ce genre de loisirs.

En effet le risque que représente un sport n’étant pas couvert par les assurances décès classiques, il convient de se tourner vers une assurance dédiée. Nombreux sont les grands sportifs qui se protègent de cette manière et les clubs veillent très souvent à ce que leurs adhérents soient couverts en conséquence. Mais qu’en est-il exactement ? Qui est concerné ? Quelle est la logique de cette couverture ?


Quel est son objectif ?

Ainsi que l'indique son libellé, ce type de garantie s'adresse aux adeptes d'une activité physique, plus spécifiquement quand elle est extrême, qu'elle suppose un danger ou qu'elle est pratiquée intensivement et à haut niveau.

Destinée aux individus depuis leur majorité jusqu'à 70 ans, elle entre en action si l'assuré disparaît suite à l'usage de cette activité, ou qu'il se retrouve intégralement handicapé.

Quels sports sont désignés ?

Tous ne sont pas logés à la même enseigne. Les activités périlleuses qui nécessitent cette démarche se répartissent suivant deux pôles :

  • Les « sports extrêmes » englobent tout ce qui relève de l'aérien comme le parachute ou le pilotage, les courses, qu'elles se pratiquent en auto ou à moto, la spéléologie.
  • Dans la rubrique « sports à risques », on dénombre l'escalade, les sports collectifs comme le football, les sports de combat ou la boxe, les sports nautiques et le domaine de la glisse.

Comment fonctionne cette assurance ?

Le contrat est applicable sur une période de 1 jour à 3 ans, fixée avec le conseiller d'après la fréquence d'activité, en éventuel complément des autres garanties dont disposerait le bénéficiaire. Ces paramètres dicteront le montant de la cotisation.

L'accord contractuel est modulable selon les changements de pratique, si par exemple on ralentit les compétitions, qu'on change de discipline, il conviendra d'en modifier les termes. La prime à verser va de 10 000 à 200 000 euros. Elle est débloquée aux bénéficiaires désignés si il y a décès, ou à l'assuré si ce dernier se retrouve complètement invalide.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.