Décès d’un animal de compagnie : que faire de la dépouille ?

Comme pour les êtres humains, le traitement des cadavres d’animaux de compagnie est encadré par la loi. Il existe plusieurs alternatives (comme les cimetières pour animaux), et des interdits pénalisés par des amendes.

=> Quelles sont les options envisageables ? Comment procéder ?

enterrer son animal
Cimetière des animaux d’Asnières fondé en 1899 ©ParisZigzag.fr

La crémation chez le vétérinaire

Qu'il soit mort au domicile ou chez le soignant, l'animal peut être pris en charge par ce dernier pour être incinéré.

On procède alors à une crémation collective : le corps est confié à une entreprise spécialisée avec d'autres dépouilles et brûlé en même temps qu'elles, les cendres sont ensuite répandues ou enfouies dans un lieu dédié.

Ce service est chiffré entre 15 et 120 euros selon la taille de l'animal.

L'incinération individuelle

Il est tout à fait possible d'organiser une crémation personnelle et d'y assister : elle aura alors lieu dans un centre d'incinération animalier.

L’incinération et ses coûts :

  • Comptez entre 20 et 200 euros en fonction du volume corporelle de l’animal.
  • L'urne est estimée entre 30 et 300 euros selon son matériau et sa taille.
  • Il faut ajouter les frais de transports si l'on doit venir prendre la dépouille à l'adresse du propriétaire.

À savoir : Dans tous les cas, il est tout à fait possible de conserver ensuite les restes chez soi, à moins qu'on préfère la faire placer dans un caveau dédié. Il est par contre interdit qu'une urne animalière soit ajoutée dans une concession pour humain.

L'inhumation d’un animal de compagnie

Elle peut avoir lieu dans son jardin, mais à certaines conditions :

  • Il faut être le propriétaire du lieu.
  • En vertu de l'article 98 du règlement sanitaire départemental en vigueur, la fosse doit être creusée à 35 mètres de distance des habitations, des points d'eau et des rivières.
  • Elle doit être profonde d'1m20, pour éviter qu'un autre animal n'exhume la dépouille.
  • Cette dernière sera placée directement en terre, dans un linge ou un boite en papier ou cartonnée ;  en aucun cas on n'utilisera de sac plastique. On la recouvrira de chaux vive.
Bon à savoir : Si vous vivez en lotissement, prenez le temps de relire le cahier des charges pour vous assurer qu'il n'existe pas de règles plus strictes.
Il existe par ailleurs de nombreux cimetières animaliers en France : il est possible d'y pratiquer des enterrements dans des fosses nues, des caveaux en béton, faire usage de cercueils, organiser des services funèbres.

cimetiere pour animaux

Les concessions se négocient à l'année, une concession en pleine terre coûte à peu près 75 euros, un caveau 90 euros.

La tombe peut ensuite être dallée, agrémentée d'une stèle, d'ornements ;  les prix vont de 500 à 1500 euros. Ces lieux dédiés accueillent bien sûr les chiens et les chats, mais également poissons, oiseaux et rongeurs ainsi que les équidés.

La taxidermie

Ce type de conservation consiste à restituer l'apparence vivante de l'animal défunt. On l'emploie dans le cadre des musées ou pour préserver des trophées de chasse. Mais certains propriétaires d'animaux choisissent cette option pour garder à leurs côtés leurs chers compagnons.

Cette méthode a un coût qui dépasse largement les 300 euros de frais et suppose plusieurs mois d'attente.

Le corps ainsi préservé va irrémédiablement se détériorer et il faudra régulièrement le restaurer, ce qui entraîne des frais d'entretien considérables. Il convient donc de bien réfléchir avant d'opter pour cette solution...

Obligations et interdictions

Selon l'article L.226-3 du code rural, il est formellement interdit de se débarrasser des cadavres de petits animaux (poisson, rongeurs, oiseaux) en les précipitant dans les toilettes, les égouts, les poubelles, les cours d'eau. Il est par ailleurs prohibé d'abandonner un corps sur la voie publique.

=> Tout contrevenant est passible d'une amende de 150€.

L'article L.226-6 de ce même code rural impose que les animaux de plus de 40kg soient traités par un équarrisseur, spécialisé dans la destruction des carcasses volumineuses. On obtiendra les références d'entreprises spécialisées auprès de la municipalité. Il faut compter de 80 à 180 € selon le volume de la dépouille.

Dans tous les cas, il convient de signaler la disparition de l'animal auprès des autorités en leur envoyant le volet « décès » adjoint à la carte identification.

Le mieux est de demander conseil auprès du vétérinaire, qui sera le plus à même de conseiller et d'orienter les propriétaires dans ce moment aussi délicat que douloureux.

Honorer la mémoire de votre animal grâce aux « cimetières virtuels »

Parce qu'il n'est pas toujours possible d'offrir une "vraie" sépulture à nos animaux de compagnie, certains sites internet vous offrent la possibilité de rendre hommage à votre animal par le biais de leur site.

La plupart sont gratuits à l'inscription mais facturent certaines options telles que l'ajout de photos supplémentaires ou de fleurs virtuelles, l'apparition sur le livre de condoléances, etc.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.