La Garantie contre les accidents de la vie privée : de quoi s’agit-il ?

Parmi les garanties supposées prévenir les problèmes de l’existence, la garantie contre les accidents de la vie, également appelée GAV, propose une alternative aux assurances décès et leurs variantes (assurance dépendance, assurance obsèques, assurance vie…), dont elle peut palier le cas échéant certaines carences.

Qu’en est-il exactement ? Quels sont les périls pris en compte ? Comment fonctionne la garantie des accidents de la vie et qu’indemnise-t-elle ?

Quelle est sa finalité ?

La GAV est un label mis en place par les assureurs suivant certaines normes.

Encadrée, elle a globalement pour fonction de prévenir financièrement les contrecoups corporels des accidents de la vie quotidienne. La prime financera au choix un logement ou un véhicule adapté au handicap, une aide aux soins, le manque à gagner au niveau d’un salaire, le préjudice d’agrément ou esthétique …

S’il y a eu disparition suite à l’accident, elle paiera l’enterrement, le manque au niveau des revenus, les frais variés. La GAV s’adresse à l’assuré ainsi qu’à ses proches, si cela est spécifié dans le contrat. Elle s’enclenche même si le bénéficiaire est à la source de l’accident, ou que le responsable n’a pas été reconnu.

Les offres et GAV évoluent selon les compagnies d’assurances, elles peuvent recouper l’action de la sécurité sociale, des mutuelles santé, des services carte bancaire ou autre … Aussi est-il recommandé de faire le point avec son conseiller sur l’état des garanties dont on dispose avant de contractualiser ce genres de contrats.

Quels risques sont couverts ?

Cette assurance s’applique aux accidents ménagers comme les brûlures, les chutes, tous les problèmes physiques consécutifs à la pratique du bricolage…

On pense par ailleurs aux incidents pendant les périodes de loisirs ou de vacances. Sont aussi concernées les conséquences des catastrophes naturelles et météorologiques, ainsi que des désastres technologiques. Ajoutons-y les dommages consécutifs à une dérive médicale tout comme les agressions, les attentats.

Par contre les accidents liés à la conduite, les atteintes sur le lieu professionnel dépendent d’autres types de garantie. Quoi qu’il advienne, il faut parcourir les clauses de l’accord avec soin afin de repérer les exclusions qui varient en fonction des agences.

Comment fonctionne l’indemnisation ?

La prime versée doit servir à compenser le préjudice physique occasionné par l’accident ainsi que son contrecoup au niveau de l’activité professionnelle, la vie personnelle et sociale.

La somme délivrée ne peut excéder 1 000 000 € pour chaque victime. L’indemnisation s’enclenche dés lors que l’on constate une invalidité à 30 % ; dans certains cas, ce taux peut descendre à 5 %.

L’assureur va faire une offre concernant le montant à verser, au plus tard cinq mois après déclaration des faits. Si l’assuré valide cette proposition, le versement est rapide, dans les quatre semaines. Il faut savoir que la couverture est effective partout en Europe ainsi que dans les autres parties du monde si l’accident survient pendant un voyage qui n’excède pas trois mois.

En savoir plus :

https://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F3048.xhtml

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.