Les contrats prévoyance obsèques menacés par le Brexit ?

L’équipe de Lassuranceobseques.fr a toujours privilégié l’information et la réflexion, la prise de recul. On est néanmoins en droit de s’inquiéter quand on parcourt l’article récemment publié le 20 juin dernier par Thomas Colson sur le site de Business Insider. L’analyste y pointe du doigt les retombées financières du Brexit, principalement le risque encouru par des dizaines de millions d’européens qui ont contracté des assurances via les agences britanniques, qu’il s’agisse d’assurance auto, assurance vie… ou assurances obsèques.

La fin du passeport financier européen

Une plaisanterie ? Une annonce anxiogène de plus ? Pourtant le texte de Colson s’appuie sur le communiqué de presse officiellement diffusé le 13 juin 2018 par la très sérieuse The City UK, observatoire des secteurs financiers et bancaires et groupe de pression particulièrement influent. Au cœur de ce document, la perspective d’une crise de grande ampleur, qui devrait toucher les particuliers ayant contracté avec des assureurs ou des groupes d’assurance anglais ; en cause, le fait que le Brexit annule de fait le passeport financier européen, qui permettait jusqu’à présent de vendre des services financiers dans tous les pays de l’Union Européenne.

Avec la disparition de ce passeport, ce sont quelque 36 millions de clients qui verraient leurs polices d’assurance tous domaines confondus proprement annulées, avec les conséquences économiques qu’on imagine. Certaines enseignes pensent endiguer le problème en quittant la City pour s’installer dans d’autres grands centres financiers, Luxembourg ou Bruxelles en tête, éventuellement Dublin ou Paris. Tous attendent le résultat des négociations menées fin juin par la premier Ministre britannique Theresa May à Bruxelles afin de trouver un accord sur ce point particulier, qui n’a guère été prévu en amont.

Dans tous les cas, c’est la validité des contrats qui est remise en cause par l’annulation des accords effectués précédemment … et cela touche en toute logique aussi les contrats prévoyance obsèques. Aviva, Lloyd’s, Prudential, Admiral group, les quatre grands blocs d’assureurs britanniques opèrent à l’échelle internationale, y compris en France ; nous avons du reste récemment consacré une étude aux contrats obsèques proposés par Aviva. Ces contrats peuvent aussi être soumis par des courtiers. Comment agir alors pour anticiper cette situation pour le moins délicate, sans sombrer dans la panique et faire n’importe quoi ? Il n’est en effet pas question de liquider son assurance sur un coup de tête ce qui pourrait représenter une perte, mais de prévoir toutes les options envisageables pour sécuriser sa position.

Il convient tout d’abord de se renseigner

  • Relire attentivement les clauses du contrat, les conditions générales, afin d’en connaître la traçabilité, la source.
  • Contacter le conseiller en assurances ou le courtier avec qui on a conclu ce contrat, pour vérifier s’il s’agit d’un produit britannique (certaines assurances prévoient une aide téléphonique en ce qui concerne l’administratif, l’actualité des assurances …).
  • Exposer la situation, s’informer des procédures mises en place pour neutraliser ce problème.  Bien insister sur l’importance du sujet, quitte à fournir l’article du Business Insider et le communiqué de presse de The City UK comme preuves.

Il faut également consulter les démarches à accomplir en vue d’un éventuel rachat.

  • Quelles sont les modalités ?
  • Comment évaluer la valeur de rachat ?
  • Combien de temps faut-il pour récupérer sa mise ?
  • Quelles pièces faut-il fournir pour composer un dossier complet ?

Il peut être pertinent de consulter d’autres produits de prévoyance obsèques équivalents ou de meilleure qualité mais qui ne tombent pas sous le coup du Brexit.

  • Il en existe de nombreux, le choix est vaste, flexible, les garanties et les services évoluent très vite, proposant désormais des options numériques, la conservation des dernières volontés, des partenariats avec des opérateurs funéraires, la garde des animaux domestiques …
  • Il importe de vérifier la rapidité de mise en application d’un contrat, les délais de carence, s’il y a des frais de dossiers, des obligations concernant l’âge ou l’état de santé, des restrictions et des exclusions …

Attention : la loi Hamon permet de passer d’un assureur à l’autre quand il s’agit d’une garantie auto, habitation ou moto de plus d’un an ; cela ne concerne pas les contrats obsèques.

Nous conclurons en insistant bien sur ce point : l’idée n’est pas d’agir sur un coup de tête, dans la précipitation mais :

  • d’anticiper en s’informant
  • de patienter en suivant l’actualité, quitte à installer une veille sur le sujet.

Rappelons que The City UK est un lobby qui compte bien défendre les acquis des banques et des assureurs, ainsi que leurs clients ; son étude a valeur d’avertissement, pour préparer au mieux les négociations qui auront lieu dans quelques jours. Ce qui laisse largement le temps de se renseigner et de s’organiser : «mieux vaut prévenir que guérir» comme dit le proverbe.

Sources et références : Businessinsider.fr – Thecityuk.com

Crédit photo : Duncan Hull sur Flickr

Les contrats prévoyance obsèques menacés par le Brexit ?
5 (100%) 2 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.