Comprendre les subtilités de l’assurance décès

La mort fait partie de la vie et même si le sujet est encore trop tabou dans notre société, l’aborder et préparer notre départ permet d’éviter des difficultés à notre entourage. Tous ceux qui ont vécu un deuil savent que dans ces périodes difficiles il est souvent très compliqué de gérer et l’administratif, et les funérailles.

S’interroger sur ce que nous laissons à nos proches après notre mort permet également d’alléger les frais obsèques, voir même de laisser à ceux que l’on aime un capital qui est, dans toutes circonstances, toujours le bienvenu.

Dans un premier temps, il est important de bien différencier les assurances auxquelles nous pouvons souscrire. Il en existe trois types ; l’assurance obsèques, l’assurance décès et l’assurance vie.

L’assurance obsèques ou décès

Ces deux contrats permettent de financer les funérailles de son vivant et également d’organiser le déroulement de celles-ci en choisissant les prestations souhaitées. Il est important de souligner que le contrat obsèques à autant de valeur d’un point de vue juridique qu’un testament, ce qui garantit le respect des dernières volontés du souscripteur.

Vous pouvez donc souscrire à un contrat prenant uniquement les frais d’obsèques, appelé contrat de capital, ou décider de souscrire à un contrat incluant également le choix de la société de pompes funèbres que vous pouvez mandater aussi pour les démarches administratives qui sont à réaliser dans le mois suivant le décès, appelé contrat de prestations obsèques.

Les frais engendrés sont loin d’être négligeables, puisqu’ils varient entre 3000 et 4000 euros selon les régions ou les villes, cela mérite donc de se pencher sur la question pour épargner ces dépenses à ceux qui nous sont chers. L’augmentation en dix ans avoisine les 35% !

Il faut savoir que lorsque le décès survient alors que le défunt était encore en activité, la caisse de cotisation sociale relative à son métier peut verser jusqu’à trois fois le dernier salaire versé.

Certaines mutuelles peuvent contribuer également à une partie du paiement des funérailles. Avant de souscrire, veillez à ce que le contrat stipule clairement ce qu’il ne couvre pas ; le caveau, la pierre tombale, l’achat de la concession ou encore la fermeture du caveau peuvent apparaitre en sus. Les diverses prestations doivent être listées et restez vigilant sur certains contrats excluant l’augmentation des coûts au fil des années ce qui, au quel cas, peut engendrer des frais non pris en charge.
*Attention également au cotisations évolutives

Et l’assurance vie dans tout ça ?

Elle permet au souscripteur d’épargner ; il existe trois grands type de contrats :

  • « En cas de vie » : Le versement du capital ou de la rente viagère sont versés dans le cas ou l’assuré est en vie au terme du contrat. Vous choisissez la durée du contrat et l’avantage est de bénéficier d’avantages fiscaux au terme de 8 ans de cotisations.
  • « En cas de décès » : Le capital constitué par le souscripteur est versé en cas de décès ou d’invalidité au(x)bénéficiaire(s) désigné(s). La volonté du défunt étant bien entendu de mettre ses proches à l’abri du besoin.
  • « Mixte » : Au terme du contrat, le versement du capital est garanti à l’assuré s’il est encore en vie ou au(x)bénéficiaire(s) désigné(s) si l’assuré décède.

D’autres critères rentrent également en compte quand on décide de souscrire à une assurance vie :

Voici les grands types de placements :

  • Les contrats en unité de compte : Les fonds se présentent sous forme d’actions, de parts, de titres, ect.
  • Les contrats en euros : Le capital versé est garanti en euro ou autre devise et crédité des intérêts correspondant au contrat souscrit.
  • Les contrats multi-support : Ils combinent les placements en euros et ceux en unité de compte.

Dans tous les cas, le versement des cotisations peuvent varier , on observe trois manières différentes de constituer son capital :

  • La cotisation périodique définie dans le contrat.
  • La cotisation à versements libres, qui s’adapte aux possibilités du souscripteur d’augmenter son capital. Dans ce cas un minimum est tout de même imposé.
  • La cotisation unique, versée à l’ouverture du contrat.

Pour bien choisir son assurance, s’interroger sur ce que l’on souhaite apporter à nos proches à court et à long terme après notre décès est primordial. N’hésitez pas à utiliser notre comparateur gratuit et sans engagement afin de trouver la solution qui vous conviendra le mieux .

Pierre C.
153

Fondateur de Lassurance-obseques.fr

A lire aussi :

Aucun commentaire à Comprendre les subtilités de l’assurance décès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.

justo libero commodo vel, mi, fringilla felis felis mattis massa id