L’acte de crémation en constante hausse

Incinération Généralement, le rituel est classique : on vient fleurir les tombes de ceux qu’on aiment. Une tradition qui pourrait disparaitre dans un avenir plus ou moins lointain puisque selon une dernière étude des pompes funèbres paru en octobre 2013, plus d’un Français sur 2 aurait choisit la crémation plutôt que l’inhumation pour ses propres obsèques.

Au crématorium de Lyon, on y voit plusieurs explications. Thierry Chaffat, Le Directeur technique des pompes funèbres de Lyon nous résume en quelques mots pourquoi la pratique de l’incinération est de plus en plus répandue dans l’hexagone :

« La première chose à dire à ce sujet, c’est que la crémation était un tabou tant que l’église avait un « véto » dessus. Par la suite, il y a eu aussi l’éclatement des familles, où les proches se retrouvent dispersés. Il y a aussi le critère « libre-penseur », le critère écologique de la chose aussi. »  Propos recueillis par « Télé Lyon métropole ».

L'incinération : la solution la plus écologique

En effet, la crémation intéresse de plus en plus de Français. 70 % des Français interrogés dans une étude de 2013 affirment être intéressés par des funérailles qui respecteraient davantage l’environnement. En d'autres termes, c'est presque trois quart de la population qui souhaiterait recourir à cette pratique pour leur propres funérailles. Il y a donc aussi une véritable prise de conscience écologique derrière cette tendance.

crémation obsèques
Malgré cela, il ne faut pas oublier les efforts qui ont été fait concernant l'inhumation. Nous avions d'ailleurs vu dans des articles précédents la notion des cimetières verts ou encore les cercueils écologiques. Des alternatives s'offrent donc à vous si vous ne souhaitez pas être incinérer mais que vous avez tout de même l'esprit écolo !

Crémation et législation

Ce nouveau boom de la crémation à aussi fait évoluer la législation concernant la conservation et la dispersion des cendres. En effet, la loi du 19 décembre 2008, n'autorise plus la conservation des cendres au domicile d'un particulier.

Cas spéciaux

À propos de la dispersion saviez vous par exemple que l'immersion de l'urne en mer est possible, mais a une distance minimum de 6 km des côtes. Pour une simple dispersion des cendres, il ne vous faudra alors respecter la distance minimum de 300 mètres des côtes (loi du 2/01/1986 et article L. 2213-23 du CGCT) . En revanche, elle est interdite dans un fleuve ou une rivière aménagée.
Catherine Masson, Directrice des pompes funèbres de Lyon nous en dit plus à ce sujet :

"Mais par contre, on peut envisager une dispersion en pleine forêt, ou même imaginer un espace que le défunt appréciait particulièrement. Voilà c'est ça, un espace public en fait." Propos recueillis par "Télé Lyon métropole".

Autre évolution en rapport avec l'ère du temps, depuis le 28 janvier 2010, un arrêté impose aux crématoriums de respecter de nombreuses nouvelles normes environnementales et c'est pour cela en partie, que les crématoriums, renouvellent leurs équipements crématoires très régulièrement.

Pour prendre un exemple, l'an dernier c'est 2200 personnes qui ont fait le choix de la crémation au crématorium de Lyon. Un chiffre considérable qui représente plus de la moitié des personnes défuntes à Lyon au cours de l'année 2013.
Dans un futur plus ou moins lointain, il est presque assuré de voir cette pratique faire l'unanimité. Un avis sur la question ? N'hésitez pas à nous faire parvenir vos réaction dans les commentaires.

Pierre C.
161

Fondateur de Lassurance-obseques.fr

A lire aussi :

3 commentaires à L’acte de crémation en constante hausse

  • L’immersion des cendres cinéraires en mer est autorisée si elle respecte la réglementation maritime et si elle est effectuée à plus de 300 mètres de la côte (loi du 2/01/1986 et article L. 2213-23 du CGCT).

    • Oui, vous avez effectivement tout à fait raison! Notre et équipe et moi même avons omis de préciser qu’il s’agissait en fait de l’immersion de l’urne en mer qui doit se faire à 6km et non la dispersion des cendres. Merci de cette précision, nous allons rectifier.
      Cordialement,
      Violette.

  • Je suis encore indécise à ce sujet … Crémation, inhumation ? À vrai dire j’en sais rien … J’aime l’idée en tout cas de ne pas finir rongée par les vers mais j’ai du mal avec cette notion c’être réduite en cendre d’un coup d’un seul. Je suis en train de discuter en ce moment avec mon conseiller funéraire pour avoir quelques réponses, mais pour l’instant, le problème c’est moi et mon indécision. En tout cas merci pour la qualité de vos articles, j’ai parcouru pas mal de vos articles aujourd’hui car très instructifs et abordables par tout le monde. Ce qui n’est pas forcement le cas de tout vos confrères…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.